MAROC
28/06/2018 15h:58 CET

L'Arabie Saoudite enquête sur la tenue "indécente" d'une journaliste saoudienne

Une tenue impudique qui violerait les règles du royaume.

Capture decran/youtube

POLÉMIQUE - Shireen Al-Rifai, une présentatrice télé saoudienne, fait l’objet d’une enquête de la part des autorités saoudiennes après avoir été vuE dans un court reportage vêtue de “vêtements indécents”. 

Basée aux Émirats Arabes Unis, elle travaille pour la chaîne Al Aan TV. Il y a quelques jours, elle est apparue à l’écran portant une abaya blanche ouverte, qui laissait apparaitre une partie de son décolleté, un pantalon blanc et un voile couvrant légèrement ses cheveux. Une tenue peu commune dans ce pays où les femmes ne portent généralement que des vêtements traditionnels noirs et amples, et cachent leur visage derrière des voiles. 

En reportage de nuit dans les rues du royaume saoudien, elle partait à la rencontre de femmes saoudiennes au volant, suite à la récente et historique loi les autorisant à conduire. Selon l’AFP, son apparition télévisée a suscité une controverse sur la twittosphère en Arabie Saoudite, beaucoup ont critiqué une tenue qu’ils ont jugé “révélatrice”, l’accusant ainsi de violer les règles du pays à travers le hashtag “femme nue conduisant à Ryad”. 

Dès lors, le ministre des Médias, réputé très conservateur, a saisi la Commission générale des médias audiovisuels saoudienne qui a annoncé, dans un tweet sur son compte officiel, qu’elle lancerait une enquête à l’encontre de la journaliste. 

“La Commission générale des médias audiovisuels a ouvert une enquête après qu’une vidéo provenant d’un reportage sur les femmes conduisant dans le royaume est devenue virale, dans laquelle est apparue une présentatrice portant des vêtements impudiques, violant les règles en vigueur dans le royaume”. 

Quelques heures avant l’annonce de l’enquête à son encontre, la présentatrice a posté sur son compte Snapchat une photo de son passeport, visiblement prise à l’aéroport, annonçant qu’elle quittait l’Arabie Saoudite. Suite à la controverse, elle s’est confiée au média saoudien Ajel News, déclarant qu’elle n’avait “absolument rien fait de mal”.

“J’ai fait mon devoir national en rendant compte du jour historique que les femmes ont passé dans le royaume. La tenue que je portais est modeste, je portais ma abaya et la justice de Dieu prévaudra et il deviendra clair que ce que les gens ont dit de moi n’est pas vrai”, a-t-elle expliqué. 

Le dimanche 24 juin fut une journée historique pour les femmes saoudiennes puisque l’interdiction de conduire, en vigueur depuis des décennies en Arabie Saoudite, a été levée, les autorisant ainsi à passer leur permis de conduire et être véhiculées. Une décision historique qu’ont célébré beaucoup de femmes dans le pays, dont la princesse saoudienne Hayfa Bint Al Saud qui avait elle aussi provoqué une polémique, en posant, fin mai, pour la Une de Vogue Arabia, au volant d’une décapotable rouge, vêtue de talons aiguilles, d’une longue tenue blanche et d’un voile laissant apparaître une partie de sa chevelure.

A post shared by Vogue Arabia (@voguearabia) on

Ce changement inspiré par le prince héritier Mohammed ben Salmane fait partie d’un vaste plan de modernisation et d’ouverture au monde du royaume wahhabite. Malgré cela, de lourdes discriminations persistent et les autorités ont récemment arrêté plus d’une dizaine de militants des droits des femmes, les accusant de trahison et de saper la stabilité du royaume, souligne l’AFP.