TUNISIE
26/12/2018 14h:40 CET

L'anniversaire de la Révolution, "un cap de plus en plus difficile à franchir" en Tunisie selon Europe 1

“Sur le plan social, la Tunisie est une cocotte-minute".

La radio française Europe 1 est revenu, mercredi, sur la mort par immolation d’Abdelrazak Zergui, jeune journaliste travaillant pour une chaine privée à Kasserine.

Dans son édito, Vincent Hervouët, revient sur la solitude vécu par le journaliste: “Abdelrazak Zergui, 32 ans, 2 enfants, 2 ex-épouses était seul, sans doute qu’il en est mort” dit-il ajoutant qu’il “vivait à Kasserine (...) qui n’intéresse pas beaucoup les médias de la capitale parce qu’il ne s’y passe pas grand chose”.

Cependant, estime Vincent Hervouët, “c’est cependant ça le problème en Tunisie, c’est qu’il ne se passe pas grand chose dans tout ce qui se passe”.

En effet, pour lui, “8 ans après la chute de la dictature, la pauvreté, le chômage, l’absence de développement reste le sort des régions de l’intérieur et les hommes désoeuvrés se sentent assignés à résidence”.

Pour le journaliste d’Europe 1, l’immolation d’Abdelrazak Zegui rappelle celle de Mohamed Bouazizi, “ce marchand des 4 saisons (...) dont le suicide déclencha la révolution contre Ben Ali”.

Revenant sur les heurts entre les habitants de Kasserine et la police, lundi et mardi soir, Vincent Hervouët affirme que “le reste du pays regarde”.

“Sur le plan social, c’est une cocotte-minute. Il y a un an déjà un mouvement de révolte s’était répandu comme une trainée de poudre avec pour slogan ‘qu’est ce qu’on attend?’!” dit-il avant de conclure: “En Tunisie, l’anniversaire de la révolution est un cap de plus en plus difficile à passer”.

Lundi, Abdelrazak Zergui, journaliste pour une chaine privée à Kasserine s’est immolé par le feu, afin de protester contre la précarité et le fort chômage touchant la région.

Le porte-parole du tribunal de première instance de Kasserine Achref Youssfi a annoncé pour sa part mardi, que le ministère public a décidé d’ouvrir un enquête judiciaire à ce sujet “pour meurtre avec préméditation et non assistance à personne en danger”, n’écartant pas ainsi la possibilité que la mort du jeune soit autre chose qu’un suicide.

Dans la soirée du mardi, un suspect a été placé en garde à vue.

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.