TUNISIE
28/01/2019 14h:51 CET | Actualisé 28/01/2019 21h:04 CET

Lancement de "Tahia Tounes": Sur les réseaux sociaux le nom du nouveau parti divise

Le nouveau parti veut rassembler progressistes et modernistes afin d'apporter un équilibre à la scène politique.

Facebook/Tahya Tounes

Dimanche, avec une forte mobilisation à Monastir, le nouveau parti lié au bloc parlementaire “Coalition nationale” -et qu’on dit affilié au chef du gouvernement Youssef Chahed- est officiellement né, sous le nom de “Tahia Tounes” (“Vive la Tunisie”). 

Le nom, choisi par les bases du parti, mais aussi le contenu du meeting, a fait jaser sur les réseaux sociaux.

Véritable cri populaire, la politisation de l’expression “Tahia Tounes” a scandalisé certains internautes, qui y voient une erreur de communication. D’autres, ont jugé qu’il ne devait y avoir aucune polémique, citant en exemple le parti “Forza Italia” en Italie. Par ailleurs, une association du même nom, a regretté le choix fait par le parti affilié au chef du gouvernement.

L’usage d’un nom jugé commun, appartenant à “tous les Tunisiens” a poussé l’Association Tunisienne des Jeunes Avocats (ATJA) à envisager de porter plainte contre le parti.

Dans un communiqué publié dimanche, l’ATJA a affirmé qu’elle portera plainte contre le parti “Tahia Tounes” pour avoir utilisé “un slogan national appartenant à tous les Tunisiens et non à un parti”, appelant les avocats à les rejoindre dans leur démarche.

 

Autre point soulevé par les internautes, les éléments de communication repris par le nouveau parti, qui n’est pas sans rappeler, celui de Nidaa Tounes. Entre le nom du parti, qui ressemble au slogan de Nidaa Tounes lors des élections de 2014, le choix de la ville de Monastir pour le lancement du parti ou encore les références au bourguibisme, plusieurs internautes se sont interrogés sur l’identité de “Tahia Tounes”.

Facebook/Nidaa Tounes
Un panneau publicitaire du parti Nidaa Tounes en marge des élections législatives et présidentielle de 2014

 

Lancé dimanche, le parti aspire à devenir la première force politique du pays en se présentant aux prochaines élections. “Le temps des partis fondés sur une seule personne est révolu” avait affirmé le président du bloc parlementaire de la Coalition nationale, Mustapha Ben Ahmed.

Selon lui, le nouveau parti est régi par des principes démocratiques, qui tiennent compte des aspirations des citoyens. Les dirigeants seront choisis à travers des élections et cela a commencé dès le choix du nom du parti.

De son côté, Selim Azzabi a appelé les fractions progressistes et modernistes à se rassembler sous la houlette de ce nouveau parti afin d’équilibrer la scène politique. Des concertations seront menées pour fédérer les partis centristes, a déclaré Walid Jallad, député de la Coalition nationale. 

Durant le meeting, plusieurs effigies de l’ancien président de la République, Habib Bourguiba, ont été agitées par les partisans. Pour Azzabi, ce parti se réfère au bouguibisme. La défense de l’Etat civil et des droits et libertés sont parmi ses principaux objectifs.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.