14/02/2019 12h:19 CET | Actualisé 14/02/2019 12h:19 CET

L'AMDIE réunit les femmes d'affaires et leaders arabes et africaines à Marrakech

Ministres, personnalités du monde des affaires et de la société civile vont y rédiger un manifeste pour promouvoir l'entrepreneuriat féminin.

MAP

ÉCONOMIE - Elles viennent du Maroc, du Gabon, du Congo, de la Namibie, des Émirats arabes unis ou du Bahreïn, entre autres, et sont en conclave dans la ville ocre jusqu’au 14 février dans le cadre de la deuxième édition de l’“Arab-African Conference for Businesswomen”. Organisé par l’Agence Marocaine de Développement des Investissements et des Exportations (AMDIE), en partenariat avec l’Union Arabe de Promotion des Exportations Industrielles (AUIED), cet événement rassemble des experts du monde arabe et africain pour soutenir et promouvoir l’entrepreneuriat féminin.

Répondre aux objectifs de développement durable

Elles sont une centaine à avoir répondu à l’appel de l’AMDIE, mercredi 13 février, au Palais des Congrès de Marrakech. Quelques ministres, chefs d’entreprises et personnalités du monde des affaires, diplomates et actrices de la société civile ont défilé devant une assistance quasi féminine et ont ouvert la voie à de nombreuses discussions, en anglais, arabe et français, sur les efforts déployés pour soutenir les femmes entrepreneurs, le rôle des femmes dans le développement économique, le soutien des gouvernements arabes et africains à l’entrepreneuriat féminin, les “best practices” ou encore l’utilisation de l’innovation pour permettre l’empowerment des femmes.

C’est sous la thématique ”La réalisation des objectifs de développement durable à travers le soutien de femmes entrepreneurs” que les conférenciers vont soumettre des recommandations en accord avec les dix-sept objectifs de développement durable (ODD) établis par les Nations Unies pour répondre aux défis mondiaux à l’horizon 2030. Parmi eux, l’autonomisation des femmes et des filles, un objectif essentiel auquel souhaite contribuer l’AMDIE par le biais de cet événement. Car il n’est pas sans rappeler que dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, les femmes ne représentent en moyenne que 21% du marché du travail contre 50% dans l’Union Européenne et 51% dans le pays de l’OCDE. 

L’Afrique est le seul continent où les femmes sont plus nombreuses que les hommes à choisir la voie de l’entrepreneuriat, précise l’AMDIE. Pourtant, elles sont freinées dans leur désir d’expansion par des contraintes notamment socio-culturelles, mais aussi le manque de financement qui ne leur permet pas d’assurer la croissances de leur activité. “En misant sur la femme entrepreneur africaine, c’est tout l’avenir d’un continent qui est en jeu. C’est justement pour la réussite de la construction d’un meilleur avenir pour tous à travers l’entrepreneuriat, en général, et féminin, en particulier, qu’il convient d’impulser et encourager, d’appuyer et accompagner, que nous devons engager notre créativité, nos énergies et notre détermination” a déclaré Yvonne-Adélaide Mougany, ministre des Petites et moyennes entreprises (PME), de l’artisanat et du secteur informel de la République du Congo. “Cet événement organisé par le Maroc est la synthèse de nos valeurs communes et nos riches cultures. Vive la femme arabe et africaine, vive la coopération arabo-africaine” a-t-elle salué dans son discours d’introduction. 

Pour sa part, la ministre déléguée chargée de l’Emploi, de la Jeunesse, de la Formation professionnelle, de l’Insertion et de la Réinsertion du Gabon, Olivia Hajar Nguema Obiang, a fait part de l’expérience gabonaise et indiqué que son pays, à l’instar de la communauté internationale, s’est approprié “la Décennie de la femme” et en a fait un de ses objectifs prioritaires de l’émancipation de la femme et de l’approche genre, tout en s’appuyant sur plusieurs axes des ODD.

L’entrepreneuriat féminin, “pierre angulaire” du Maroc

Le royaume fait de l’entrepreneuriat féminin “une pierre angulaire” de son approche stratégique pour la réalisation des ODD a affirmé le Directeur général par intérim de l’AMDIE, Hicham Boudraa. “En dépit des engagements et des résultats solides enregistrés, l’entrepreneuriat féminin demeure un défi de taille pour nombre de pays”, a-t-il relevé, soulignant qu’au Maroc, l’autonomisation des femmes figure parmi les priorités majeures du Plan d’Accélération industrielle, en particulier dans les secteurs à forte valeur ajoutée tels que ceux de l’aéronautique et de l’automobile, considérés comme chasse gardée des hommes.

D’autre part, l’AMDIE s’est engagée à promouvoir les entreprises marocaines dirigées par des femmes sur les marchés internationaux et les chaînes de valeur mondiales, à travers des approches inclusives et des solutions compétitives.  Pour le DG, cet événement “de haut niveau” devrait favoriser une nouvelle dynamique pour le développement de l’entrepreneuriat des femmes en Afrique et dans les économies du monde arabe. Le tout, en donnant lieu à des échanges entre les différents participants vont certainement apporter des pistes de réflexion et des solutions pour garantir un développement durable et inclusif pour les économies arabes et africaines.

Les propositions seront formulées dans un manifeste qui sera rédigé et rendu public à l’issu des deux jours de la rencontre.