MAROC
14/01/2019 16h:29 CET

L'ambassadeur du Maroc au Ghana visé par une plainte pour harcèlement sexuel

Une délégation du ministère des Affaires étrangères a été envoyée sur place mener l'enquête.

MAP

INTERNATIONAL - L’ambassadeur du Maroc au Ghana, Mohamed Farahat, est visé par une plainte pour harcèlement sexuel. Comme le révèle Le360, une commission d’enquête a été envoyée par le ministère des Affaires étrangères suite à des accusations de harcèlement sexuel formulées par une employée de l’ambassade du Maroc au Ghana. 

Comme détaille une source proche du ministère des Affaires étrangères au HuffPost Maroc, le département de Nasser Bourita a été informé des ces accusations “en fin de semaine dernière” après avoir reçu un courrier de l’employée dénonçant les faits. Une délégation pour mener l’enquête a alors été dépêchée au Ghana ce week-end. “Le ministre a été informé et des dispositions ont été prises dans le cadre de la dynamique de transparence du ministère”, nous informe cette même source.

Une délégation mixte a été envoyée ce week-end par le ministère pour enquêter sur les allégations de l’employée, Jeminah Flintwood-Brace. Cette dernière aurait depuis démissionné de son poste.

Les faits se seraient déroulés dans le bureau de l’ambassadeur le 11 et 20 décembre 2018, rapporte Le360. “Le premier a eu lieu le 11 décembre 2018: selon Jeminah Flintwood-Brace, l’ambassadeur en poste à Accra a commis des attouchements sur sa personne dans son bureau alors qu’elle était entrée lui servir du café. Le second fait a eu lieu, selon la jeune femme, 9 jours plus tard, le 20 décembre 2018. L’ambassadeur, dans ce même endroit, son bureau, lui a demandé, témoigne-t-elle, de se retourner pour qu’il lui tape les fesses”, rapporte le site électronique.

“Agissements sans scrupules”

Dans sa lettre au ministère, rapportée en partie par le média, JFB regrette notamment que “la personne auprès de laquelle nous devrions pouvoir trouver refuge en cas de harcèlement par nos collègues de l’Ambassade est précisément celle responsable de ses agissements sans scrupules”.

Nommé à ce poste en avril 2018, Mohamed Farahat “a occupé différents postes de responsabilité au sein du ministère des Affaires étrangères et de la coopération internationale”, comme le rapportait la MAP au moment de sa nomination. Il a notamment été chargé d’affaires à l’Ambassade du Maroc en République Centrafricaine (1986-1994), chef de mission à l’ambassade du Maroc en Chine (2007-2011) et chef de mission adjoint à l’ambassade du Maroc en France en 2017.  

Ce n’est pas la première fois qu’un fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères est visé par une plainte pour harcèlement sexuel. En mars 2018, la veuve d’un diplomate marocain déposait plainte contre le chef de service de sécurité du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale (MAECI), qui était également responsable à la tête de l’association des œuvres sociales des fonctionnaires de ce département, pour harcèlement sexuel. La plainte avait abouti à la suspension du fonctionnaire mais aussi à une enquête judiciaire et interne du ministère.