27/06/2019 15h:42 CET | Actualisé 27/06/2019 15h:42 CET

L'ambassadeur britannique au Maroc se plaint du retard de la RAM sur Twitter

"Ce n’est pas surprenant que les gens soient irrités".

THOMAS REILLY/TWITTER

TRANSPORT - Si vous avez récemment connu des déboires avec un vol Royal Air Maroc, sachez que vous n’êtes pas les seuls. L’ambassadeur du Royaume-Uni au Maroc, Thomas Reilly, a exprimé sa déconvenue sur Twitter après le retard d’un vol de la RAM à destination de Casablanca et de la livraison de ses bagages.

Dans un tweet publié dans la nuit du 26 au 27 juin, le diplomate britannique écrit que son vol en provenance de Londres a atterri avec plus d’une heure de retard et que ses bagages, après une heure d’attente, n’étaient toujours pas arrivés.

“Ce n’est pas surprenant que les gens soient irrités”, écrit-il, faisant référence au mouvement de colère qui gronde depuis quelques semaines parmi les passagers de la compagnie aérienne, nombreux à se plaindre sur les réseaux sociaux des retards à répétition. 

Dans un second tweet posté quelques minutes plus tard, l’ambassadeur indique avoir appelé “quelques contacts à l’aéroport de Casablanca”. “Apparemment, le problème était avec l’avion de la RAM. Il semble que le pilote a quitté l’avion et l’a éteint de sorte qu’ils ne pouvaient pas décharger les bagages. Finalement des responsables vraiment efficaces de l’aéroport les ont déchargés et j’ai eu mon sac 70 minutes après l’atterrissage!”, écrit-il.

Ce n’est pas la première fois que le diplomate en poste à Rabat depuis deux ans se plaint de la qualité du service de la compagnie marocaine. Le 12 juin, il avait écrit, toujours sur le réseau social, avoir atterri à Casablanca “après un vol vraiment serré et inconfortable” avec la RAM. “Est-ce juste moi ou ont-ils réduit l’espace pour les jambes entre les rangées de sièges?”, écrivait-il. 

De nombreux internautes ont posté ces derniers jours des vidéos dans lesquelles ont voit des passagers de la RAM excédés récupérer eux-mêmes leurs bagages dans un hangar de l’aéroport de Casablanca. D’autres reprochent à la compagnie aérienne de ne fournir aucune explication lors des retards de vols ou encore déplorent les pertes de bagages à répétition.

A l’aéroport de Casablanca, les bagagistes de la société General Private Interim (GPI), prestataire de RAM Handling, ont entamé plusieurs grèves ces dernières semaines. Selon Hamid Addou, le PDG de la RAM contacté par le HuffPost Maroc, “la situation est très tendue entre les bagagistes et leur employeur. Les compagnies aériennes dont la RAM sont toutes affectées”, assure-t-il, ajoutant n’avoir “aucune autre visibilité” sur l’issue de ce conflit social.

Selon une source citée par Médias24, ce conflit aurait pour origine la fin proche du contrat liant GPI et RAM Handling, prévue le 30 septembre et l’appel d’offres international lancé au début du mois par l’Office national des aéroports (ONDA). Les syndicats des bagagistes souhaiteraient obtenir de meilleures conditions salariales auprès de RAM Handling dans le cadre du nouveau contrat, précise la même source.