TUNISIE
23/07/2018 12h:36 CET | Actualisé 23/07/2018 12h:37 CET

L'Allemagne souhaite classer la Tunisie parmi sa liste de pays sûrs, pour éventuellement rejeter les migrants

Une proposition similaire avait déjà été faite l’année dernière, mais refusée par la chambre haute du parlement allemand.

NurPhoto via Getty Images

Le gouvernement allemand estime que la Tunisie, le Maroc et l’Algérie, mais aussi la Géorgie, doivent rejoindre la liste des pays sûrs. Une réunion des membres du cabinet d’Angela Merkel le 18 juillet a conduit à la proposition d’une loi ajoutant ces trois pays du Maghreb à la liste des “pays d’origine sûrs”.

Une proposition similaire avait déjà été faite l’année dernière, mais refusée par la chambre haute du parlement allemand. Si la loi était votée cette année, elle permettrait de faciliter le refus de migrants originaires des trois pays et leur déportation, malgré de fréquentes violations des droits de l’homme.

Horst Seehofer, le ministre de l’Intérieur, a précisé que “cela voudrait dire que les individus venant de ces pays sûrs ne pourraient pas faire valoir un droit d’asile en Allemagne” et qu’il s’agissait d’un important avancement pour le désir du pays de trouver un équilibre entre les problèmes humanitaires et une organisation plus stricte. Cependant, les étudiants et travailleurs déjà établis en Allemagne auraient le droit d’y rester.

En ce qui concerne les trois pays du Maghreb et la Géorgie, seul 5% des demandeurs d’asile se voient actuellement accorder ce statut par les autorités allemandes.

Cependant, la loi n’est pas garantie d’être votée: ce sont les 16 états fédéraux d’Allemagne qui sont responsables des migrants et de leurs renvois, et la proposition ne doit pas seulement être approuvée par le Bundestag, mais aussi par le Bundesrat, la chambre haute du parlement dans laquelle le gouvernement ne détient pas la majorité des sièges.

Les déclarations de Seehofer s’inscrivent notamment dans la continuité de sa politique anti-immigration, pour laquelle il a déjà menacé de faire tomber le gouvernement de la chancelière, Angela Merkel, et qui rencontre la colère des Allemands, notamment les verts et le SPD.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.