ALGÉRIE
21/02/2019 08h:32 CET

L’Allemagne refuse "pour le moment" de lever son veto sur les ventes d’armes aux Saoudiens

Après la France, la Grande-Bretagne invite Berlin à revoir ce veto décidé suite au meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, le 2 octobre 2018. Pour le chef de la diplomatie britannique, le blocage des livraisons de composants allemands pour les avions de combat Typhoon, Eurofighter et Tornado expose les sociétés d’armement de son pays au risque de verser des dédommagements à l’Arabie saoudite.

Reuters

L’Allemagne ne semble vouloir céder rapidement aux pressions de ses partenaires européens l’invitant à revoir son veto sur les ventes d’armes européennes à l’Arabie Saoudite décidé suite à l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, le 2 octobre 2018, dans le consulat de son pays à Istanbul.

Le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas a déclaré hier, lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue britannique, que “pour le moment”, la position allemande est de bloquer les livraisons d’armes à ce pays et que la révision de cette position “dépendra de la manière dont évolue le conflit au Yémen”.

Pour rappel, la législation allemande autorise le gouvernement fédéral à s’opposer à des ventes d’armements comportant des composants made in Germany à des parties non européennes.

Les livraisons de Typhoon, Eurofighter et Tornado bloquées

Heiko Maas a fait cette déclaration alors que les pressions britanniques sur l’Allemagne se font plus fortes pour l’amener à revoir sa décision prise en octobre 2018.

Le journal allemand Der Spiegel, rapporte Agence France Presse, a publié des extraits d’une lettre adressée par le ministre des Affaires étrangères britannique, Jeremy Hunt, à son homologue allemand dans laquelle il invite Berlin à débloquer la livraison de composants allemands pour les avions de combat Typhoon, Eurofighter et Tornado, pour permettre, explique-t-il, aux sociétés britanniques d’honorer leurs engagements envers les Saoudiens et d’éviter de leur verser des dédommagements.

Des pressions françaises également

Ces pressions britanniques se conjuguent à des pressions françaises similaires. La France souhaite, de son côté, débloquer les livraisons de missiles Meteor à l’Arabie Saoudite bloquées par l’Allemagne, qui fabrique certains composants de ces armes, à savoir leur système de propulsion et leurs ogives.

Il y a quelques jours, le patron d’Airbus Tom Enders a résumé le sentiment d’agacement de l’industrie d’armement européenne devant le veto allemand en déclarant à Reuters : “Cela nous rend fous, depuis des années à Airbus, que la partie allemande se donne le droit de bloquer la vente, disons, d’un hélicoptère français alors que seule une pièce allemande minuscule est entrée dans sa fabrication”.