ALGÉRIE
15/11/2015 07h:55 CET | Actualisé 15/11/2015 07h:56 CET

L'Algérie "moins touchée" par le recrutement des jeunes par des organisations terroristes internationales

Archives

L'Algérie est "moins touchée" par le phénomène de recrutement des jeunes par des organisations terroristes internationales. Ce sont les assertions le directeur général des libertés publiques et des affaires juridiques au ministère, Mohamed Talbi sur les ondes de la Radio nationale.

Faisant la comparaison avec les pays voisins notamment la Tunisie et le Maroc où ces jeunes recrues se comptent en milliers, le responsable de l'Intérieur, a souligné que l'Algérie est le pays "le moins touché" par le recrutement de ces jeunes pour aller rejoindre des groupes terroristes au Moyen-Orient et "ils sont moins d'une centaine".

Il a rappelé qu'un dispositif a été mis en place à l'initiative du ministère de la Défense nationale (MDN) permettant l'échange des informations entre les différents intervenants dans la lutte anti-terroriste, afin de prévenir le recrutement des jeunes algériens pour aller rejoindre les groupes terroristes au Moyen Orient.

LIRE AUSSI:Daech compterait 63 Algériens dans ses rangs, selon le ministre Mohamed Aissa

"Les filières de passage étant connues, ce dispositif a donné des résultats positifs et encourageants", a-t-il rassuré, relevant que le recrutement de ces jeunes "se fait à la base sur les réseaux sociaux d'internet", avant d'ajouter que "toute la société est interpellée" par cette question.

"Le contact est personnel pour des jeunes qui ne sont pas bien pris en charge à la base et qui risquent d'être tentés de rejoindre des groupes terroristes pour aller combattre ailleurs", a encore précisé le responsable pour qui ces jeunes ne sont que "des victimes qu'il faut protéger".

M. Talbi a affirmé, à cet égard, que le très controversé système de contrôle via internet que l'Algérie a introduit dernièrement "va renforcer la lutte anti-terroriste". Cela étant précisé, on apprendra que "des résultats positifs et encourageants ont été enregistrés grâce à la surveillance des communications des recruteurs qui ne sont pas ici, et qui ne courent aucun risque sur le territoire national".

Concernant la législation relative à la lutte contre ce phénomène, il a cité notamment l'adaptation du code de procédures pénales, afin de permettre aux autorités concernées, notamment judiciaires, de s'impliquer et d'apporter leur contribution.

Quant à la question de la collecte de fonds dans les mosquées, M. Talbi a confirmé que "plus de 6 milliards/DA ont été ramassés à la fin 2013, début 2014", un chiffre "très important qui a posé le problème de la traçabilité des fonds collectés", a-t-il indiqué.

"Aujourd'hui cette question est maîtrisée sur le plan de l'organisation, puisque le ministre de l'Intérieur vient d'adresser une instruction très ferme et stricte aux walis pour les responsabiliser quant à la collecte des fonds par des organisations au niveau des mosquées", a souligné le directeur.

C'est justement dans les mosquées que "certains profitent de la crédulité, e la générosité et de la bonne foi et parfois de la naïveté des bienfaiteurs pour ramasser de l'argent" à d'autres fins, a regretté M. Talbi.

Désormais, le contrôle de la collecte d'argent au sein des mosquées et le suivi de son acheminement, seront "strictes et fermes". Pour l'extension d'une mosquée par exemple, il sera exigé pour toute personne ou organisation désirant ramasser des fonds de présenter un permis de construire et un devis dûment visé par les services techniques.

Des plans, une identification des demandeurs, et au besoin, le recours aux commissions de sécurité pour avoir l'avis sur la décision éventuelle à adopter, seront également exigés, a-t-il expliqué.

Le contrôle des quêtes dans les mosquées passera aussi par la mise à niveau de toute la législation sur la question, puisque celle en vigueur est "dépassée", de l'avis du directeur.

M. Talbi a annoncé, à cette occasion, qu'un texte de loi relatif aux associations, est en voie de finalisation au niveau du ministère de l'Intérieur. Ce texte va "mettre de l'ordre" en matière de la pratique du culte par les associations religieuses, une question "très sensible et très importante qu'il va falloir encadrer et préciser avec des dispositions claires, à même de ne laisser aucune

interprétation ou équivoque", a-t-il affirmé.

LIRE AUSSI:800 à 1100 algériens combattent avec Daech et les mouvements jihadistes en Syrie

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.