LES BLOGS
07/04/2019 17h:30 CET | Actualisé 07/04/2019 17h:30 CET

L'Algérie est une femme !

Hind Azirou

[Depuis quelques jours, une polémique inutile germe sur les réseaux au sujet des femmes. J’en profite pour partager ces quelques lignes avec vous pour vous rappeler que la femme est le pilier de la société et que la révolution commence par la révolution de la pensée]

Elle a cette beauté qui n’agresse pas les yeux, subtile et seulement perceptible aux yeux de ceux qui la regardent avec amour. Ce charme qui vous envoute si vous avez la patience d’attendre qu’elle vous adopte, si vous avez le courage d’affronter avec indulgence ses outrances.

Elle est pudique et pourtant si impertinente et si parfois, vous avez l’impression qu’elle est sur le point de céder à vos avances, elle se retranche sur elle-même et vous laisse là dans votre éternelle insatisfaction.  

Elle est ce genre de femme si fragile, si inconsciente, que la protéger devient une obsession. Mais tellement indomptable, tellement fière qu’avec un simple battement de cils, elle vous libère de vos incertitudes.

Elle a cette générosité qui vous gonfle le cœur de gratitude quand le monde autour de vous devient inexpressif. Elle a cet amour-propre qui défie l’univers, la tête tellement haute que lui appartenir vous rend narcissique au point de prendre en pitié ceux qui ne la connaissent pas.

Elle est si élégante dans sa simplicité, si riche dans sa modestie. Elle est ce genre de femme qui vous prend par les tripes quel que soit votre penchant, votre âge, votre origine ou votre religion.

Elle est cette femme que tout le monde veut posséder, mais si fugace que personne n’arrive à la saisir. Si instable, si imprévisible qu’elle vous fait constamment valser entre l’envie de la quitter et l’envie de la retrouver. Vous pouvez tenter de la remplacer mais vous chercherez toujours un peu d’elle dans toutes les femmes que vous courtiserez.

Il y’en a surement des plus belles, des plus élégantes, mais elle a cette chose qui émane des profondeurs de son être, cette aura qui vous captive et vous rend accro à ses imperfections.

Je crois bien que l’Algérie est une femme. Non j’en suis sure, car seule une femme réveille en vous l’envie de vous battre pour elle, l’envie de la récupérer pour qu’elle vous appartienne. Même si au final, c’est vous qui lui appartenez.

Un peu, beaucoup, à la folie, passionnément.