ALGÉRIE
18/09/2019 13h:01 CET | Actualisé 18/09/2019 17h:22 CET

L'Algérie achète 600.000 tonnes de blé (Reuters)

Prevor Drake via Getty Images

L’Algérie achète entre 420.000 et 600.000 tonnes de blé à moudre mardi, annonce l’agence Reuters ce mercredi, citant des traders européens.

L’agence britannique rajoute que le prix de chaque tonne achetée s’élève entre 211 et 213 dollars, les frais de transport compris. La somme totale achetée varie ainsi entre 88.6 et 127 millions de dollars.

Les traders européens ont fait savoir que le blé acheté par l’Office Algérien Interprofessionnel des Céréales (OAIC) pourrait provenir de la France et de la région de la Mer Baltique. 

Reuters poursuit que cette quantité de blé acheté sera expédiée en deux temps, du 01e au 15 novembre, puis du 16 au 30 du même mois. L’agence britannique fait état de “la surprise” de certains commerçants face à cet achat car l’OAIC ” a sauté la période d’expédition du mois d’octobre”. 

Hier, le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Cherif Omari a indiqué, mardi à Alger, que le pays avait économisé plus d’un milliard de dollars grâce aux mesures initiées pour rationaliser les importations de blé tendre et soutenir la production locale de blé dur et d’orge.

Il a fait savoir que les premières statistiques de la saison moisson-battage 2018-2019 font ressortir une production de plus de 60 millions de quintaux de céréales toutes catégories confondues à l’échelle nationale.

Une récolte qui “permettra à l’Algérie de se passer de l’importation d’orge et de blé dur, avait indiqué le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Cherif Omari.

Cette déclaration était intervenue quelques semaines après la fermeture de 45 minoteries, sur fond d’enquêtes anti-corruption ayant visé les responsables de l’OAIC.