TUNISIE
08/04/2019 21h:10 CET

"L'ALECA permettra à la Tunisie de mettre à niveau son économie" affirme Patrice Bergamini

Par ailleurs, des négociations sont en cours pour accorder une nouvelle assistance macrofinancière à la Tunisie

Universite Europeenne de Tunis

-“La Tunisie doit décider des actions à entreprendre au cours des prochaines négociations concernant l’Accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA), lequel devrait l’aider à mettre niveau l’économie tunisienne”, a souligné, lundi, à Tunis, l’Ambassadeur de l’Union européenne (UE) en Tunisie, Patrice Bergamini.

En marge d’un séminaire consacré à la loi organique de la gestion du budget par objectifs (LOB), Bergamini a mis l’accent sur le rôle de l’ALECA quant au changement apporté dans les économies des pays démocratiques, surtout que cet accord exige la transparence dans les marchés publics et le soutien des opérateurs économiques locaux et des jeunes promoteurs.

Il a fait remarquer que l’ALECA améliorerait la situation économique en Tunisie, vu les potentiels social et économique nécessaires dont elle dispose, à l’instar de la présence d’un nombre suffisant de start ups et l’existence de lois et compétences, rappelant la réussite de cette expérience au Portugal et à Singapour.

Le 4ème round des négociations entre la Tunisie et l’UE concernant l’ALECA se tiendra du 29 avril au 3 mai 2019.

Des négociations en cours pour accorder une assistance macrofinancière à la Tunisie

D’un autre côté, l’ambassadeur de l’Union Européenne a affirmé que des négociations avec le ministre des Finances Ridha Chalghoum sont en cours pour l’octroi d’une nouvelle assistance macrofinancière à la Tunisie, ajoutant que certaines conditions devront être réunies pour mobiliser cette assistance.

Bergamini a précisé que cette assistance macrofinancière pourrait être accordée avant la fin de la saison estivale, en cas de réussite des négociations avec la délégation du Fonds monétaire international (FMI) sur le déblocage de 6ème tranche de l’accord au titre de la facilité élargie de crédit (FEC).

Il s’agit également d’accomplir certaines réformes et d’adopter d’autres lois organiques, dont la loi sur la cour des comptes, a-t-il encore précisé.

Le responsable européen a souligné le rôle de cette loi dans le renforcement de la démocratie en Tunisie, outre la maitrise des dépenses publiques et la modernisation de l’administration.

Selon l’ambassadeur de l’UE à Tunis, ”il est impossible de garantir la réussite de la transition politique sans transition économique”, précisant que cette loi permettra, justement, d’améliorer les conditions économiques et sociales déjà compliquées.

De son côté, le ministre de Finances Ridha Chalghoum a précisé que la gestion du budget selon les objectifs sera mise en œuvre effectivement à partir de 2020.

Chalghoum a poursuivi que cette loi est une réforme de fond qui permettra de travailler en se basant sur des programmes et élargira le rôle des gestionnaires des finances publiques.

Pour le ministre, l’adhésion de plusieurs ministères à des projets pilotes de gestion du budget par objectifs, a permis de détecter et de résoudre les défaillances des projets réalisés.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.