ALGÉRIE
15/10/2019 10h:27 CET | Actualisé 15/10/2019 11h:56 CET

Lakhdar Bouregaa ne veut pas être libéré sans les jeunes détenus du hirak

Huffpost MG
Lakhdar Bouregâa

Le moudjahid Lakhdar Bouregaa, 86 ans héros de la guerre d’indépendance et du hirak populaire du 22 février, emprisonné depuis  le 30 juin pour “outrage à corps constitué et atteinte au moral de l’armée” n’en finit pas de surprendre ses avocats. Lakhdar Bouregaa qui a été dissuadé par ses avocats de participer à une grève de la faim eu égard à son âge et à sa santé, a fait savoir qu’il refusait d’être libéré sans les jeunes détenus du hirak.

L’information a été rapportée, hier, par Me Abdelghani Badi. Sur sa page facebook, l’avocat a écrit: “Lakhdar Bouregaa, de sa prison aujourd’hui: je refuse toute démarche pour ma libération avant la libération des tous les jeunes du hirak, sans exception… et si on me propose d’être libéré, je le refuserais”.  Une position, ajoute Me Badi, “qui nous a tous fait pleurer alors qu’on lui rendait visite… Jeune, adulte ou vieux, le noble Bouregaa nous défend toujours”.

La détention n’est pas un choix mais une contrainte judiciaire, dans le passé, elle s’appelait très clairement la “contrainte par corps”.  Lakhdar Bouregaa, comme n’importe quel justiciable, ne peut s’opposer à une éventuelle libération. Mais ses propos renseignent surtout sur son état d’esprit combatif et solidaire avec les jeunes détenus du Hirak.

Lakhdar Bouregaa, pour rappel, s’est expliqué dans une lettre publique diffusée récemment  par deux avocats, sur les accusations d’outrage à corps constitué et de démoralisation de l’armée. Il a appelé les militants du Hirak “ à la haute vigilance et à la préservation du caractère pacifique de l’expression des revendications, d’éviter les provocations et les affrontements, de  faire de la préservation de la patrie la priorité et de refuser l’ingérence étrangère dans les affaires nationales sous quelque prétexte que ce ce soit.”