TUNISIE
14/11/2018 10h:50 CET

L'Agence Nationale de la Sécurité Informatique met en garde les parents contre un jeu potentiellement dangereux pour leurs enfants

Soyez vigilants!

Capture d'écran / ddlc.moe

L’Agence Nationale de la Sécurité Informatique (ANSI) a appelé, mardi, à faire attention à un nouveau jeu disponible sur internet appelé Doki Doki Litterature Club, pointant du doigt “la manipulation psychologique” qui pourrait mener au “suicide”.

Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, l’ANSI affirme que ce jeu “bien qu’il ressemble à une simulation de rencontre, il s’agit d’un jeu de fiction qui est plus proche d’un roman qu’un jeu vidéo classique”.

 

Celui-ci met en scène un lycéen qui rejoint un groupe de filles dans un club littérature scolaire. À partir de là, se créée des interactions via “des options de textes” mèneront le joueur au fil des stages à des scènes déconseillées aux enfants: “Après une heure et demi de jeu, la manipulation psychologique commence, allant jusqu’au suicide des personnages (images suicidaires d’une fille qui se poignarde et d’une autre utilisant la pendaison)” alerte l’ANSI.

Les dangers selon l’ANSI, sont multiplies:

- L’enfant s’identifiera à des personnages dangereux et violents

- Le jeu constitue une échappatoire de la réalité sauf que les personnages des réseaux virtuels ne peuvent pas interagir.

- Le joueur est renvoyé à la première case, s‘il échoue, ce qui peut provoquer un sentiment de frustration.

- Le joueur reçoit des messages de moqueries si ses poèmes ne sont pas appréciés.

Ce jeu peut créer chez les enfants des comportement inhabituels et appelle les parents à la vigilance lorsqu’ils les aperçoivent chez leurs enfants comme par exemple:

- Une faiblesse soudaine de la concentration ou des résultats scolaires sans cause directe.
- Des changements d’humeur, dépression.
- Une utilisation accrue d’Internet ou des jeux électroniques
- Perte d’enthousiasme pour les activités habituelles
- Répondre par des réponses courtes et éviter le dialogue avec les autres membres de la famille ou de ses amis.

Ces signes sont jugés “inquiétants” par l’ANSI, appelant les parents à ne pas les ignorer car “ils pourraient éventuellement conduire au suicide”.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.