MAROC
21/10/2018 16h:17 CET | Actualisé 21/10/2018 16h:21 CET

À Madrid, le ministre de l'Intérieur Abdelouafi Laftit et son homologue espagnol s'entretiennent de la question migratoire

Et notamment des mineurs marocains en Espagne.

Ministerio Interior/Twitter

MIGRATION - Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, s’est entretenu, samedi à Madrid, avec son homologue espagnol Fernando Grande-Marlaska, en vue de renforcer la coopération bilatérale dans différents domaines d’intérêt commun.

Les deux ministres ont principalement abordé la question migratoire et les moyens pour faire face aux flux migratoires importants, “dont la majorité sont motivés par des raisons économiques”, a déclaré Grande-Marlaska à la presse au terme de l’entrevue.

Pour le ministre espagnol, les deux pays sont pour une migration “légale, ordonnée et rationnelle, dans le cadre d’une coopération d’égal à égal”. Pour réaliser ces objectifs, Grande-Marlaska a affirmé qu’il était nécessaire de renforcer la coopération de l’Union européenne avec le Maroc.

Laftit a quant à lui indiqué que la réunion “très importante” a porté sur les efforts du Maroc pour faire face aux flux migratoire et combattre les réseaux s’activant dans le trafic de migrants, “surtout avec la pression de ces derniers mois”.

“Nous avons évoqué aussi d’autres aspects des relations maroco-espagnoles qui sont extrêmement importants pour les deux pays”, a ajouté le ministre marocain. 

Avec 42.000 arrivées jusqu’à présent cette année, l’Espagne est devenue le principal point d’entrées de migrants en Méditerranée. En octobre, l’Espagne avait demandé à l’Union Européenne plus de fonds destinés au Maroc pour gérer l’immigration clandestine.

 Abdelouafi Laftit et son homologue ont également abordé dans ce cadre la question des mineurs clandestins non accompagnés. “Concernant les mineurs marocains se trouvant en Espagne, nous sommes disposés à trouver des solutions qui respectent les lois et les intérêts de ces mineurs”, a par ailleurs déclaré Abdelouafi Laftit. 

En juin dernier, un rapport d’une centaine de pages de l’ONG “Save the Children” dénonçait les traitements des clandestins mineurs par les autorités européennes. L’ONG pointait du doigt les ”échecs de l’accompagnement, protection et intégration des migrants mineurs en Espagne”. En 2017, au moins 60% des mineurs arrivés en Espagne étaient de nationalité marocaine.