TUNISIE
04/01/2019 19h:18 CET

L'AFD partenaire de la STEG dans son projet de réseaux intelligents Smart Grid

Le projet Smart Grid, une 1ère en Tunisie, positionne la STEG comme leader sur le continent africain dans la maîtrise technologique des réseaux intelligents.

Smart Grid

Dans le but de promouvoir l’innovation technologique et d’améliorer ses performances en offrant des services de meilleure qualité, la Société Tunisienne d’Electricité et du Gaz (STEG) passe à la vitesse supérieure à travers son projet phare de réseaux intelligents Smart Grid.

Ce dernier pourra prochainement voir le jour après la signature, aujourd’hui, d’un accord de prêt, garanti par l’État, entre la STEG et l’Agence française de développement (AFD) d’un montant de 121 millions d’euros (dont 1 millions d’euro en subvention).

Le projet Smart Grid, une 1ère en Tunisie, positionne la STEG comme leader sur le continent africain dans la maîtrise technologique des réseaux intelligents. Un projet qui s’inscrit dans le plan d’investissement 2017-2020 et participe à l’effort de modernisation et de transition du secteur énergétique tunisien. 

Grâce à cette initiative, la STEG pourrait améliorer ses performances techniques et économiques et intégrer une part croissante d’énergie renouvelable dans le mix électrique tout en améliorant la qualité de service aux consommateurs.

Il doit en effet contribuer à la réduction de la dépendance croissante aux importations de gaz naturel pour la production d’énergie, à tenir l’engagement pris par la Tunisie au niveau international d’une réduction de son intensité carbone ainsi qu’à augmenter la part d’énergie renouvelable dans le mix énergétique national à 30% d’ici 2030.

Ce projet intègre 4 composantes techniques majeures à savoir:

- la première phase de déploiement de l’infrastructure de comptage communicant relative à l’électricité basse tension et au gaz basse pression sur la région de Sfax représentant 10% des points de comptage à l’échelle nationale (environ 400 000 compteurs d’électricité Baisse Tension et 40 000 compteurs gaz Basse Pression) ;

- l’infrastructure de comptage communicant relative à l’électricité moyenne tension sur l’ensemble de la Tunisie (environ 20 000 compteurs moyenne tension) ;

- les systèmes d’information transverses aux différentes infrastructures de comptage communicant;

- le nouveau système d’information clientèle de la STEG.

Au-delà, du dispositif technique, la STEG bénéficiera d’une subvention d’1 million d’euro pour la mobilisation d’une assistance à maîtrise d’ouvrage, en accompagnement  sur les aspects opérationnels (exécution, renforcement de capacités, formations,...).

Selon le président de l’Instance nationale de protection des données personnelles (INPDP), Chawki Gaddes, les nouveaux compteurs intelligents que compte bientôt installer la Société tunisienne de l’électricité et du gaz (STEG) dans le cadre de son projet Smart Grid mettent en péril la sécurité des données personnelles.  

Il a expliqué que ces compteurs connectés permettraient à la STEG de relever en temps réel l’index des compteurs, couper l’électricité à distance en cas d’impayé et contrôler instantanément la consommation de l’électricité.  

D’après lui, ces nouveaux compteurs, une fois installés, pourraient détecter le nombre de personnes présentes au domicile ainsi que les équipements électriques utilisés. Ces appareils sophistiqués pourraient à ses yeux devenir un dispositif d’espionnage qui menace l’intimité et la vie privée des consommateurs.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram