TUNISIE
31/08/2018 09h:07 CET

L'ADHEOS appelle à interdire l'espace Schengen à Abir Moussi

Elle a associé les homosexuels à des criminels, appelant à les emprisonner systématiquement.

Abir Moussi/FB

L″ONG internationale ADHEOS, association d’Aide, de Défense Homosexuelle, pour l’Egalité des Orientations Sexuelles, a publié un communiqué destiné au Président de la République Française, l’appelant à “interdire l’espace Schengen à l’extrémiste tunisienne Abir Moussi”, suite à ses propos homophobes, proférés sur une chaine de télévision tunisienne, visible en France, le 16 août 2018.

Cette dernière, Présidente du Parti Destourien Libre (PDL), a en effet associé les homosexuels à des criminels, appelant à les emprisonner systématiquement. .

L’ADHEOS a donc estimé “que le fait d’appeler publiquement sur une chaine de télévision visible en France à l’emprisonnement systématique de tous les homosexuels tunisiens, en les associant à des criminels, a des conséquences désastreuses sur la sécurité de la population LGBT tant en Tunisie qu’en France”, lit-on sur le communiqué.

Ils ont donc appelé à ce que Abir Moussi soit interdite de territoire en France, à cause de ses propos incitant à la haine. Pour eux, elle constitue un danger pour la communauté LGBT en France. 

“Aussi, nous considérons que ces appels à la haine présentant les LGBT comme des criminels en demandant leur emprisonnement est de nature à justifier des mesures de préventions fortes à l’égard de Madame Abir Moussi. Aussi, nous demandons expressément à l’Etat français d’assurer pleinement la sécurité de tous ses citoyens, et, notamment, de sa population LGBT particulièrement exposée à ces menaces”, dit le communiqué.

Lire aussi: Selon le PDL, l’égalité dans l’héritage entre l’enfant légitime et l’enfant naturel est une menace à l’institution de la famille

Concernant sa position contre le rappord de la Colibe, le PDL a réaffirmé les propos de Abir Moussi, dans un communiqué publié dimanche 19 août, affirmant son rejet de la proposition relative à l’allègement des sanctions infligées aux homosexuels, estimant que l’adoption d’un tel comportement sexuel n’est pas une question de respect de la liberté individuelle autant qu’il constitue une menace à la composition de la famille et à l’équilibre social.

Ce même parti a également souligné son rejet de la proposition concernant la garantie du droit de l’enfant naturel à l’héritage.

Lire aussi: Abir Moussi: Homophobe ou nostalgique de la dictature?

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.