MAROC
21/05/2018 17h:27 CET

On connait le noms des actrices principales et de la réalisatrice de l'adaptation au cinéma de "Chanson douce", de Leïla Slimani

D'abord annoncée aux commandes de l'adaptation du roman de Leïla Slimani, la réalisatrice Maïwenn s'est retirée du projet.

Reuter/Getty

CINEMA - L’adaptation au cinéma du roman de Leïla Slimani, Chanson douce, commence à prendre forme. Si Maïwenn avait d’abord été annoncée pour prendre les commandes du film, c’est finalement sa compatriote Lucie Borleteau (qui dirige notamment la série “Cannabis” avec Assad Bouab) qui prendra sa place, comme l’explique cette dernière au journal français Madame Figaro: “Maïwenn s’était retirée du projet. J’en ai hérité. Les films vous appellent.”

Dans cet entretien, la jeune réalisatrice qualifie le roman de Leila Slimani de puits sans fond émotionnel et rouleau compresseur où les mots font sans cesse surgir des images très fortes et des pistes sensuelles”. “Le roman se situe à mi-chemin de Chabrol et de Polanski, déploie à la fois un propos social très dense et presque du fantastique”, poursuit-elle.

Côté casting l’actrice française Karin Viard devrait endosser le rôle de la nounou meurtrière, tandis que Leïla Bekhti jouera celui de son employeuse et mère des enfants. Cette dernière a d’ailleurs partagé sur Instagram une première photo du script:

Leila Bekhti/Instagram

Autre acteur au casting, Antoine Reinartz, qui a remporté en 2018 le César du meilleur acteur dans un second rôle pour “120 battements par minutes”.

Côté scénario, la réalisatrice partage ce challenge avec l’acteur, réalisateur et scénariste français Jeremie Elkaïm. Récompensé du prix Goncourt en 2016, Chanson douce (Gallimard) est le deuxième roman de Leïla Slimani, et présente une intrigue librement inspirée d’un tragique fait divers new-yorkais. La romancière y dissèque au scalpel les rapports parents/nounou.

De la page au grand écran

À noter que cette adaptation ne sera pas la première aventure cinématographique de l’écrivaine franco-marocaine. Leïla Slimani avait notamment été à l’affiche du film “Wake Up Morocco” de Narjiss Nejar en 2006. La romancière était présente cette année pour monter les fameuses marches du festival de Cannes le 8 mai dernier, à l’occasion de la cérémonie d’ouverture.

Jean-Paul Pelissier / Reuters

Les droits de son premier roman, “Le jardin de l’ogre”, ont également été achetés par un producteur français. Pour l’instant il n y a pas encore de détails sur cette adaptation cinématographique.