TUNISIE
29/08/2018 17h:18 CET

L'activiste saoudienne Israa al-Ghomghan risque la peine de mort: Des Organisations tunisiennes et internationales se mobilisent

Mobilisation tunisienne et internationale pour sauver Israa al-Ghomghan ainsi que 4 autres militants.

FAYEZ NURELDINE via Getty Images

La militante en faveur des droits des femmes et des minorités chiites en Arabie Saoudite, Israa al-Ghomghan, risque de devenir la première femme du royaume wahhabite à être exécutée pour ses engagements, alerte Amnesty International.

En Arabie Saoudite où la peine de mort est toujours en vigueur, le parquet a condamné cinq militants des droits humains à la peine capitale, dont Israa al-Ghomghan qui a suivi les manifestations de la minorité chiite en 2011 dans l’est du pays riche en pétrole. 

“Toute exécution est effroyable mais demander la peine de mort pour des militants comme Israa al-Ghomgham qui ne sont même pas accusés de comportement violent est monstrueux”, a déploré la directrice de HRW pour le Moyen-Orient, Sarah Leah Whitson.

En Tunisie, huit organisations (Beity, ATFD, LTDH, FTDES, SNJT, le comité pour le respect des libertés et des droits de l’Homme en Tunisie, l’association tunisienne pour l’éveil démocratique) ont publié un communiqué commun, mercredi, afin de dénoncer le jugement à l’encontre des cinq activistes saoudiens et le silence complice de la communauté internationale face aux exactions des l’État saoudien, excepté le Canada en conflit avec l’Arabie Saoudite pour avoir relevé les répressions contre des activistes dans ce pays.  

 

 

Les ONG signataires ont fustigé “la compagne sans précédent” visant tous les militants des droits humains en Arabie Saoudite, et qui est camouflée par des “mesures soi-disant libérales, qui ne cachent pas le caractère sanguinaire du régime”. 

Au final, les organisations tunisiennes appellent l’État tunisien, les organes de l’ONU et les autres États qui se disent démocratiques d’intervenir afin d’arrêter l’exécution des cinq activistes. 

En 2017, l’Arabie Saoudite a procédé à 146 exécutions, selon Amnesty international. 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.