MAROC
22/02/2019 14h:50 CET | Actualisé 22/02/2019 14h:50 CET

Driss Lachgar soutient l'appel de Mohamed Ameur au vote des Marocains en Belgique

"Si un étranger paie les impôts et participe au développement du pays où il réside, pourquoi ne voterait-il pas?"

Ambassade du Maroc en Belgique/Facebook

PARTIS - “Vous devez commencer à participer au vote si vous voulez vous imposer dans ce pays!” C’est l’appel lancé, il y a quelques jours, par l’ambassadeur du Maroc en Belgique, Mohamed Ameur (USFP), à la communauté marocaine lors d’un meeting avec les imams et gestionnaires des mosquées au sein du consulat général du Maroc à Bruxelles. Un pavé lancé dans la mare, les propos du diplomate marocain n’ayant pas tardé à susciter de virulentes réactions dans les médias belges à l’approche des élections européennes prévues le 26 mai.

Le site d’information belge La Dernière Heure a estimé, dans un article publié, mercredi 20 février, que l’ambassadeur est “tenu à un devoir de non-ingérence” et qu’en application à ce principe il “ne donne pas de consigne ni d’indications”. Et de se douter qu’”à moins de cent jours des scrutins”, le message du diplomate ne soit “pas anodin”, annonçant peut-être  “une rupture, un changement total du discours officiel”.

Dans ce meeting en question, Ameur s’est adressé à la communauté marocaine en lui précisant que son message consiste à la convaincre de l’intérêt de voter. “À Anvers, la semaine dernière, des Marocains m’ont dit qu’ils préféraient payer une amende plutôt que d’aller voter parce qu’ils se disent que ce ne sont pas leurs affaires. C’est une erreur!”, assure-t-il (vidéo à 2mn40), invitant les Marocains à voter pour le parti qu’ils souhaitent mais de le faire.  

Ameur a demandé aux Marocains de Belgique de se débarrasser du “complexe qui ferait que nous n’appartiendrions pas à ce pays, et que notre avenir serait ailleurs”, précisant que “celui qui est né et a grandi ici, son pays, le Maroc, lui sera toujours ouvert, mais c’est ici qu’il doit vivre et réussir”. 

Message qui, à en croire le journal belge précité, a également suscité des réactions auprès de “certains observateurs comme le bloggeur Khalil Zeguendi, rédacteur en chef à Bruxelles du magazine Le Maroxellois. Ce dernier a estimé que “jamais un ambassadeur du Maroc en Belgique n’avait dit cela. C’est un discours qui rompt totalement avec la position du royaume du Maroc”.

Si la diplomatie marocaine ne s’est pas exprimée sur le sujet, le secrétaire général du parti politique auquel appartient l’ambassadeur, Driss Lachgar, a approuvé les déclarations de l’ancien ministre chargé des Marocains résidant à l’étranger. Dans une déclaration au HuffPost Maroc, il a rappelé que l’USFP a milité et continue de militer pour l’intégration des communautés étrangères dans le pays où ils résident. “À l’USFP, nous avions présenté une proposition de loi à la Chambre des représentants dans laquelle nous demandions à ce que les étrangers établis au Maroc soient autorisés à participer aux élections communales et législatives dans le cadre d’un principe commun entre pays scellé par des accords bilatéraux”, précise Lachgar.

Pour l’USFP, ce principe d’intégration légitime cet appel. “Nous l’avons revendiqué parce que si un étranger paie les impôts et participe au développement du pays où il réside, pourquoi ne voterait-il pas? Mais malheureusement, nous sommes face à des conservateurs, l’État est conservateur”, regrette le secrétaire général du parti, estimant que “l’idée a besoin de mûrir ici et ailleurs”. 

“Ameur a exprimé une opinion qu’on ne peut refuser de discuter”, tranche Driss Lachgar, saluant l’appel lancé par Mohamed Ameur et estimant que la question qu’il a soulevée mérite de faire l’objet d’un débat.