ALGÉRIE
07/06/2018 07h:58 CET

L'Abbé Marcel Bois sera enterré aujourd'hui au cimetière de Belfort

Une messe sera donnée à sa mémoire ce jeudi 7 juin 2018 à 10 heures à la Maison Diocésain à El Biar

Facebook/Basilique notre dame

L’abbé Marcel Bois, professeur de lettres françaises et traducteur de nombreux romanciers arabophones algériens sera enterré aujourd’hui au cimetière de Belfort, annonce la page facebook la Basilique Notre Dame d’Afrique dans le faire-part du décès. 

Une messe sera donnée à sa mémoire ce jeudi 7 juin 2018 à 10 heures à la Maison Diocésain à El Biar, apprend-on auprès des religieux.

L’inhumation aura lieu, par la suite, au cimetière chrétien de Belfort. La dépouille du défunt a été exposée toute la journée du 6 juin au 20 rue des Fusillés, au Ruisseau, Alger. 

Marcel Bois, ne quittera ainsi, l’Algérie, comme il en a exprimé le vœu. Il y restera pour toujours parmi les siens. “Il disait que la terre de Dieu est partout, que la mort pouvait survenir à tout moment et partout. Et que surtout il ne pouvait laisser ce peuple qui l’a rendu heureux dans ces moments durs !...”, témoigne la journaliste Saliha Aouès, une de ses élèves qui a gardé le contact avec lui depuis ses années de Lycée à El Mokrani.

“Au début de cette année de 1980, ses élèves avaient pris connaissance des écrivains algériens dont il faisait la promotion. Nous avions d’ailleurs la primeur de ses traductions des Benhadouga, dont il a traduit toute l’œuvre, Ouettar… en manuscrit s’il vous plaît, les siens. Nous étions familiarisés avec les personnages et les héros de ces auteurs, autant dans leur langue d’écriture l’arabe et dans la traduction en français, qu’il aura contribué à faire connaître plus. Il y a eu aussi deux romans de l’auteur Brahim Saâdi et plus tard Wassiny Laaradj.”, écrit-elle dans l’Hommage qu”elle lui a rendu dans son journal Horizons.

Algérien de cœur et un traducteur talentueux, Marcel Bois a tiré sa révérence dans la nuit du 4 juin à Alger. Il venait juste de regagner l’Algérie après un séjour de soins en France son pays natal. 

Marcel Bois était très connu en Algérie pour avoir enseigné la littérature française à des générations d’Algériens au lycées El Mokrani à Ben Aknoun. Il enseigne également la traduction à l’université d’Alger. Une caractéristique qui a fait de lui le traducteur par excellence de la littérature algérienne de langue arabe. 

Marcel Bois avait permis aux francophones qui ne maîtrisait pas la langue arabe de voir cette autre Algérie qui s’exprimait en langue nationale et la faisait connaitre aux francophones du monde entier. C’était lui qui avait révélé le vent du sud de Benhaddouga au monde entier avant de traduire l’ensemble de l’oeuvre de l’un des pères du roman algérien. 

Marcel bois, 93 ans, n’a pas quitté l’Algérie même au pires moments des années 90. Il reposera pour toujours en cette terre qu’il a tant chéri parmi des gens qui lui seront reconnaissant à tout jamais. 

Loading...