LES BLOGS
31/12/2018 14h:50 CET | Actualisé 31/12/2018 14h:50 CET

La voyance, phénomène ou croyance?

"Démocratisée par l’accès à l’internet et aux réseaux sociaux, la voyance connaît un engouement aussi populaire que mondial."

DedMityay via Getty Images

La voyance, stigmatisée par la science moderne, existe malgré tout et en force parmi nous. On dévoile le passé, on analyse le présent et on prédit l’avenir. Ses adeptes n’osent pas se manifester de peur d’être taxés d’arriérés. Pourtant, en cette période de fin d’année, les prédictions divinatoires de l’année 2019 se profilent publiquement et sous toute forme médiatique.

Démocratisée par l’accès à l’internet et aux réseaux sociaux, la voyance connaît un engouement aussi populaire que mondial. Médiums, cartomanciens, astrologues, professionnels ou amateurs, animent un marché virtuel florissant. La technique semble toute simple: annoncer une connexion avec l’au-delà, tirer les cartes au hasard, dicter les positions des astres, procéder à des interprétations génériques et la plupart s’y retrouve. Sans oublier le rôle du coach que les auteurs de ces vidéos incarnent pour donner des conseils à surmonter les défis ou même à mettre en garde contre tout événement foudroyant. Visiblement, on recourt à la voyance au moment de détresse ou de désespoir et on s’accroche afin d’apaiser les inquiétudes de l’esprit. Le plus étonnant c’est la convergence des interprétations des différentes vidéos classées généralement par signe astrologique ou même par polarité énergétique féminine/masculine (yin/yang).

La voyance prend plusieurs formes à travers les siècles et jusqu’à nos jours. Des énergies définies comme imperceptibles par nos cinq sens constituent un acteur majeur dans les prédictions divinatoires. Le libre arbitre y semble vivre dans un champs traversé par ces courants énergétiques qui auraient une influence sur le comportement individuel et son tempérament. L’acte de la voyance traduit ces énergies sous format de flash ou de symboles en fonction du support utilisé (jeux de cartes, runes, marc de café..). Elles sont ainsi interprétées par des personnes réclamant avoir le don de percevoir ces énergies qu’elles retransmettent au consultant.

En se labélisant comme lecture psychique, la voyance se définit aussi comme un outil de connaissance de soi et de son psychisme. Alexandro Jodorowsky dans son livre “La Voie du Tarot” replace les fameuses cartes du Tarot de Marseille dans le contexte psychologique et émotionnel. Détaillant le symbolisme de chaque carte tout au long de ce livre, le dernier chapitre propose des stratégies de lecture en forçant les interprétations positives afin de “parvenir à des lectures qui guérissent”. Alors le consultant se confronte à soi même et déniche au fond de son âme ce que les cartes tirées interpellent dans l’espoir d’avoir une visibilité plus claire sur la situation interrogée.

L’astrologie quant à elle, anciennement fusionnée avec l’astronomie, lui attribue une dimension qui se veut scientifique. Les plus prudents parlent de la météo astrale laissant ainsi au libre arbitre le soin d’évaluer son exposition à cette météo et de se décider de comment “se vêtir” pour vivre confortablement son temps. Jupiter quitte le Scorpion pour entrer en Sagittaire. Saturne revient au domicile en Capricorne. Uranus lâche enfin le Bélier pour aller se discipliner chez le Taureau. Neptune se baigne chez lui en Poisson... Ces positions, qui portent tant de significations chez les connaisseurs du domaine, attisent cette belle curiosité d’aller scruter le ciel pour contempler la grandeur de l’univers et laisser naviguer cet esprit incarné dans la matière terre.

Chez les religieux, la voyance est solennellement bannie. Cependant, on n’hésite pas à prévoir le futur en interprétant les rêves oniriques. Sigmund Freud avait tout de même placé les interprétations des rêves dans le cadre psychanalytique comme étant une technique de communication avec l’inconscient. Malgré ce positionnement athée, Gérard Haddad dans son livre “L’enfant illégitime, Sources talmudiques de la psychanalyse” a mis en lumière le rapprochement de la psychanalyse freudienne avec les livres saints hébraïques, la remettant ainsi à ses référentiels religieux qui paradoxalement dénigrent toute tentative de communication avec l’invisible.

Pour conclure, la voyance a la vocation de pouvoir lire l’avenir. Or prédire suppose d’abord l’existence du temps dans ces trois dimensions (passé, présent, avenir). Cette flèche du temps n’est en réalité qu’une conception toujours discutable où l’avenir ne serait qu’une fiction. En nous situant dans l’espace, nous comptons le nombre de rotations de la planète terre autour d’elle même et autour du soleil pendant que notre corps s’use et s’épuise en lui collant ce compteur appelé âge. En voulant connaître les prédictions pour anticiper le futur ou ruminer le passé pour revenir aux souvenirs, on tend à oublier de vivre pleinement le présent, la seule dimension temporelle à notre portée... Très bonne année 2019!