MAROC
24/07/2018 19h:05 CET

La visite du roi Mohammed VI à Al Hoceïma ressuscite l'espoir

"Nous attendions cette visite royale avec impatience”.

FADEL SENNA via Getty Images

AL HOCEÏMA - Le souverain est à Al Hoceïma depuis hier, lundi 23 juillet. L’information, partagée hier soir par le site Le360, a été confirmée à notre rédaction par le président de la commune Louta dans cette province, El Mekki Hannoudi (USFP). Dans une déclaration au HuffPost Maroc, ce dernier a estimé que la présence du roi représente “les prémices d’un règlement définitif de la crise d’Al Hoceïma”. 

En tant que citoyen résidant Al Hoceïma et responsable communal, nous dit-il, “nous attendions cette visite royale avec impatience”. Pour cet élu local, un espoir collectif renaît. “Nous espérons sincèrement que le roi accordera sa grâce aux détenus du Hirak du Rif, qu’il mettra fin à ce dossier et à la souffrance des familles des détenus”, confie-t-il. Et de préciser que ce soulagement tant attendu boostera la continuité du processus de développement démocratique.  

D’après nos confrères du site Hespress, le roi Mohammed VI passera quelques jours sur la plage Bouskour, l’une des plus belles plages se trouvant à Imzouren. Elle est aussi l’une des plages les plus prisées par le roi, où le souverain et sa famille auraient déjà eu pour habitude de passer quelques jours en été.    

Hespress rapporte par ailleurs une effervescence particulière à Al Hoceïma constatée sur place, quelques jours avant l’arrivée du roi, notamment des visites effectuées par le gouverneur de la province, samedi dernier. Et de préciser que de hauts responsables, notamment le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération international, Nasser Bourita, et le conseiller du roi, Fouad Ali Al Himma, viennent d’arriver à Al Hoceïma via son aéroport. Le ministre de la Santé ainsi que celui de la Culture y sont également.  

Faisant l’objet du programme de développement “Al Hoceïma Manarat Al Moutawassit”, la province requiert une attention particulière du roi qui a limogé trois ministres en octobre dernier pour avoir failli à leur mission. Depuis, le gouvernement est en alerte pour accélérer le processus de développement dans cette province. 

Il s’agit de la première visite du roi à Al Hoceima depuis le début du Hirak du Rif, en octobre 2016. La visite intervient par ailleurs près d’un mois après les verdicts prononcés le 26 juin dernier à l’encontre des détenus du Hirak, avec des peines allant de un an de prison avec sursis à 20 ans de prison ferme.