MAROC
22/02/2019 15h:07 CET

La "veuve noire du jihad" devrait être expulsée de la Belgique vers le Maroc

Déchue de sa nationalité belge en 2017, Malika El Aroud avait demandé l'asile pour ne pas être renvoyée au Maroc.

KEY
Malika El Aroud est surnommée la "veuve noire du jihad". 

TERRORISME - Malika El Aroud, surnommée la “veuve noire du jihad”, pourrait être expulsée au Maroc, rapportent les médias belges.

Elle a été déchue de sa nationalité belge le 30 novembre 2017 pour avoir “manqué gravement à ses devoirs de citoyen belge”, rappelle Le Soir. Pour ne pas être renvoyée vers son pays d’origine, le Maroc, Malika El Aroud avait demandé l’asile à la Belgique. Demande qui avait été rejetée une première fois en décembre dernier par le Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides. Ce 22 février, le Conseil du contentieux des étrangers a pris la même décision. 

Il a considéré qu’elle “n’avait pas démontré que son renvoi vers le Maroc l’exposerait à un risque de torture ou de traitements inhumains ou dégradants. Ainsi, les juges ont conclu qu’elle pouvait être éloignée vers son pays d’origine”, rapporte RTL, qui reprend l’agence de presse Belga.

D’après un article du Monde qui date de 2010, année de son procès, la “veuve noire du jihad” avait été condamnée par le tribunal correctionnel de Bruxelles à 8 ans de prison pour avoir dirigé “un groupe terroriste agrégé à Al-Qaida”. “Le tribunal a estimé qu’elle était, notamment grâce à des sites Internet, l’organisatrice d’une ‘base arrière’ du mouvement d’Oussama Ben Laden. Sa cellule a, entre autres, organisé l’acheminement de candidats combattants belges et français vers la zone pakistano-afghane”, rapportait le quotidien français à l’époque. Elle avait été arrêtée deux ans avant son jugement dans la capitale belge.