TUNISIE
25/09/2018 17h:16 CET

La Tunisie se prépare à la prochaine Conférence annuelle de l'ONU sur le changement climatique

La Tunisie s’est engagée, dans le cadre de l’Accord de Paris (2012) à réduire considérablement l’intensité carbone de 41% à l’horizon de 2030.

Anadolu Agency via Getty Images

La Tunisie envisage des mesures de réduction du gaz à effet de serre, qu’elle pourra soumettre à la prochaine Conférence annuelle de l’ONU (COP24) sur les changements climatiques qui se tiendra, début décembre 2018 à Katowice en Pologne.


“Il s’agit d’un portefeuille de projets à soumettre au Fonds Vert pour le Climat (FVC), une plate-forme de financement mondiale pour réduire les gaz à effet de serre (GES) dans les pays en développement et aider les pays vulnérables à s’adapter aux impacts inévitables du changement Climatique”, a indiqué Mohamed Zmerli, chargé du dossier climat au ministère de l’Environnement.


La Tunisie s’est engagée, dans le cadre de l’Accord de Paris (2012) à réduire considérablement l’intensité carbone de 41% à l’horizon de 2030 et à porter la part des énergies renouvelables dans la production nationale de l’électricité à environ 30% à l’horizon de 2030.

“Le pays mise sur le secteur de l’énergie (les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique) qui présente un choix stratégique de développement”, a ajouté le responsable, mardi, lors d’une conférence sur la diplomatie climatique, tenue à Tunis.


Deux entités nationales, l’Agence de promotion des investissements agricoles(APIA) et la Caisse des Dépôts et Consignations(CDC) seront accréditées pour faciliter le financement des projets climatiques en Tunisie à travers le Fonds Vert pour le Climat (FVC), a ajouté Zmerli.


Le Fonds vert pour le climat, mis en place en 2010 par les Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC), a-t-il rappelé, a pour mission de contribuer aux efforts mondiaux en vue d’atteindre les objectifs fixés par la communauté internationale pour lutter contre le changement climatique.


“Il n’accorde pas des financements directement aux pays, mais à travers des institutions accréditées, aussi bien nationales qu’internationales”.


En effet, tous les pays sont appelés en vertu de l’accord de Paris, qui entrera en vigueur en 2020, à agir pour empêcher la température mondiale d’augmenter de plus de 2 degrés Celsius et à saisir les nombreuses opportunités qui découlent d’une transformation vers un développement propre et durable.


Une délégation tunisienne conduite par le ministre de l’Environnement et des Affaires locales, prendra part à la COP 24 à Katowice en Pologne, du 3 au 14 décembre 2018.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.