TUNISIE
30/03/2018 16h:47 CET

La Tunisie recule de 5 places dans le classement mondial de performance environnementale 2018

La Tunisie est classée 4ème dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord derrière le Maroc (3ème) et bien avant l’Egypte (7ème) et l’Algérie (12ème).

EPI

 
La Tunisie a été classée 58ème sur 180 pays au monde, reculant de 5 places par rapport à 2016, dans le classement “Environmental performance index 2018”.

La Tunisie a obtenu un score de 62,35/100, selon cet indice de performance environnementale (IPE), qui note les pays de 0 à 100 (0 =pire, 100=meilleure) et qui fournit, tous les deux ans, des indicateurs sur leur évolution pour se rapprocher des objectifs établis en matière de politique environnementale.

 

Dans le dernier classement “IPE 2016”, la Tunisie a été classée au 53ème rang mondial avec un score de 77,28.

Sur le plan régional, la Tunisie est classée 4ème dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord derrière le Maroc (3ème) et bien avant l’Egypte (7ème) et l’Algérie (12ème).

 

Avec un score de 67,80, le Qatar est le premier pays arabe à figurer sur la liste. Il est classé 32ème.

Sur la plus haute marche du podium, se trouve toujours la Suisse, avec un score de 87,42. Elle est suivie de la France, Danemark, Malte, Suède, Royaume-Uni, Luxembourg, Autriche, Irlande, et Finlande.

EPI

Ce classement se base sur l’observation de 24 indicateurs regroupés en 10 catégories thématiques couvrant la santé environnementale et l’écosystème (Santé/Environnementale, Pollution de l’Air, Ressources en Eau, Biodiversité/Habitat, Ressources Naturelles et Changement Climatique).

Selon ce rapport, développé par l’Université de Yale et le Centre d’information sur les sciences de la Terre du Columbia, en collaboration avec le Forum économique mondial, l’indice 2018 révèle une tension entre deux dimensions fondamentales du développement durable: la santé environnementale, qui croît avec la croissance économique et la prospérité, et la vitalité des écosystèmes soumis à l’industrialisation et à l’urbanisation.

Le rapport recommande, à cet effet, la bonne gouvernance comme facteur nécessaire pour équilibrer ces deux dimensions et garantir la durabilité des écosystèmes. Il souligne également, les progrès réalisés dans la protection des biomes marins et terrestres et dans les émissions des gaz à effet de serre (GES), au cours des dix dernières années.

La dernière place dans ce classement est occupée par le Burundi, pays de l’Afrique de l’Est, avec un score de 27,43/100.

Selon une récente étude, publiée en septembre 2017 par la revue scientifique The Lancet,  la Tunisie se place en tête du peloton maghrébin en matière de lutte contre les maladies et les facteurs d’amélioration de la santé de la population mondiale.

Parmi les indicateurs analysés dans cette étude figure l’indice de qualité de l’air qui compile la notation de la qualité de l’air intérieur (household air pollution), le niveau de concentration en particules fines PM2.5, ainsi que le taux de mortalité attribuable à la pollution. La Tunisie n’est pas si mal lotie puisqu’elle a obtenu la note de 100/100 sur la qualité d’air intérieur, 54/100 sur la mortalité due à la pollution et seulement 37/100 sur les particules fines de diamètre inférieur à 2,5 microns.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.