TUNISIE
05/10/2018 16h:59 CET

La Tunisie importe 150 mille tonnes de céréales

Jadis “grenier de Rome,” la Tunisie qui longtemps fournissait une production de céréales abondante importe aujourd'hui une grande partie de ses besoins en blé

Gemma Escribano / EyeEm via Getty Images

La Tunisie vient d’importer près de 150 mille tonnes de céréales: 25 mille tonnes de blé tendre, 50 mille tonnes d’orge fourragère et 75 mille tonnes de blé dur, a annoncé l’agence de presse Reuters, mercredi.

Cet achat faisant suite à un appel d’offre est de l’ordre de 39,799 millions de dollars soit près de 112 millions de dinars.

Selon Reuters, la tonne de blé tendre aurait coûté 249,11 dollars américains, ce qui ramènerait le coût total du lot à environ 6,227 million de dollars, les 25 mille tonnes.

Quant au blé dur qui aurait été importé en trois lots de 25 mille tonnes chacun, il aurait coûté 20,537 millions de dollars. La tonne aurait coûté en moyenne près de 272 dollars américains. 

Concernant la tonne d’orge, elle aurait coûté en moyenne 262 dollars américains. De ce fait, le coût total des deux lots de 25 mille tonnes auraient coûté 13,133 millions de dollars.

Selon Reuters, l’approvisionnement se serait fait auprès du fournisseur italien Casillo, le géant asiatique de négoce et de courtage Olam et l’importante entreprise anglo-suisse de négoce Glencore. 

Depuis quelques années, le pays est obligé d’avoir recours à l’importation pour subvenir à ses besoins.

Jadis “grenier de Rome,” la Tunisie qui longtemps fournissait une production céréalière abondante ne produit aujourd’hui que 70% de ses besoins

Selon le directeur de l’approvisionnement à l’Office national des céréales, la Tunisie importe 40% de ses besoins en blé dur, 85% de ses besoins en blé tendre et 50% en orge fourragère.

En effet, cette baisse de production de céréales en Tunisie est due, notamment, au déficit pluviométrique surtout dans les zones de production céréalière du nord et du centre et à la hausse des températures.

D’après l’Institut Tunisien des Études Stratégiques (ITES), le faible rendement des céréales est lié aux problèmes d’irrigation, de qualité des terres et des intrants.

Peu à peu, la Tunisie est devenu un pays importateur de céréales par excellence. L’implantation de graines locales ne représente que 5% de l’ensemble des semences contre 25% en 2004 et 65% en 1975, révèle le journal Al Araby

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.