LES BLOGS
05/06/2018 09h:31 CET | Actualisé 05/06/2018 09h:31 CET

La Tunisie et le populisme italien

Matteo Salvini est celui du ”Non à l’huile d’olive tunisienne”. Propagande qui dure depuis longtemps, compte tenu de nos prix compétitifs et de la croissance de notre production.

Antonio Masiello via Getty Images

Pour les Tunisiens, l’Italie a toujours été la porte d’entrée de l’Europe. Tout d’abord culturellement et historiquement, c’est ensuite devenu une question populaire avec l’avènement de l’immigration de masse tunisienne dans les années 90. Qui d’entre nous n’a pas grandi en regardant Rai Uno en rêvant de vivre la “belle vie”?

Laissons de côté la nostalgie du passé et le sentimentalisme, et renouons avec le présent et avec ce qui se passe au-delà du canal de Sicile.

Après 88 jours de grands discours, de rencontres et de batailles politiques pour former une majorité (oui, nous ne sommes pas les seuls à avoir des crises politiques et des gouvernements à grande échelle); le 1er juin, le
gouvernement populiste formé par M5S et le parti d’extrême droite appelé Lega Nord a prêté serment. Jusque là, rien de mauvais, et nous les tunisiens, nous respectons les choix démocratiques du peuple italien. Mais comment ces résultats nous concernent?

Tout d’abord, cela concerne plus de 210.000 Tunisiens vivant en Italie. Comment?

Le gouvernement qui vient de prêter serment est dirigé par la Lega Nord, un parti qui a fait de l’incitation à l’islamophobie et de la lutte contre l’immigration son cri de guerre. Et devinez ce que sera le ministre de l’Intérieur de la future administration? Matteo Salvini, le secrétaire fédéral de la Lega Nord.

Vous pensez évidemment qu’au niveau institutionnel, il ne pourra pas utiliser le même discours de haine utilisé lors des réunions électorales, mais selon le contrat bi-partisan sur lequel le gouvernement est basé (une sorte de
document “Carthage”, version italienne), par exemple les jardins d’enfants seront gratuits, mais seulement pour les Italiens.

Une autre question qui préoccupe les Tunisiens en Italie sera la relation avec les lieux de culte musulmans. Tout le monde est conscient des batailles menées par la Lega contre la création de mosquées (construites avec l’argent des fidèles) et contre certaines fêtes religieuses comme l’Aid el kbir.

Toujours sur l’immigration, dans leur “document Carthage” la nouvelle administration devrait expulser 500.000 immigrés réguliers. Bien sûr peu d’entre eux seront tunisiens, mais d’un point de vue humain, nous serons proches de tous les réfugiés qui seront expulsés juste parce que le gouvernement italien ne voudra pas les reconnaître comme tels.

Aussi à la crise migratoire sera connectée l’intervention politique (ou qui sait, peut-être d’un autre type) en Libye.

De toute évidence, celle-ci sera faite pour “protéger” la côte italienne contre les “envahisseurs” comme les appelle le chef de la Lega, mais qui sait quelles conséquences désastreuses cela aura pour les Tunisiens.

Nous savons qu’en fermant une voie d’émigration, un autre s’ouvrira.

Quel impact sur l’économie?

Le point le plus important qui nous touche est celui de l’économie.
L’Italie a toujours été un bon partenaire d’affaires et un débouché stratégique pour nos productions. Mais quel effet aura le populisme sur notre économie?
Matteo Salvini est celui du ”Non à l’huile d’olive tunisienne”.
Propagande qui dure depuis longtemps, compte tenu de nos prix compétitifs et de la croissance de notre production. 

Le nouveau gouvernement est celui des “Italiens avant tout”, du “Made in Italy” et du repli économique et culturel.

Nous devons être prudents et nous préparer si nous voulons garder nos bonnes relations et être compétitifs, qu’ils le veuillent ou non.

Nous n’avons jamais été habitués au populisme en Méditerranée, mais notre nature sociale, notre amitié avec l’Italie et notre économie continueront à être proches de l’Italie.

Après tout, nous sommes voisins!

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.