TUNISIE
13/06/2019 12h:12 CET | Actualisé 13/06/2019 12h:19 CET

La Tunisie dernière destination des IDE en Afrique du nord, selon le rapport de la CNUCED

Malgré une progression de 18% par rapport à 2017, la Tunisie arrive 15e en Afrique en terme d’accueil des investissements directs étrangers.

Reuters

La Tunisie vient d’être classée 15e en Afrique en termes d’accueil des investissements directs étrangers, avec 1 milliard de dollars en 2018, contre 888 millions en 2017, révèle le rapport annuel de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED), sur l’investissement dans le monde, publié, mercredi.


Pour ce qui est de l’Afrique du nord, la Tunisie arrive à la dernière place, malgré une progression de 18% par rapport à 2017, derrière le Soudan, l’Algérie, le Maroc et l’Egypte.


C’est l’Egypte qui occupe la tête du classement africain, avec 6,8 milliards de dollars, suivi de l’Afrique du Sud (5,3 milliards de dollars, de la République du Congo (4,3 milliards de dollars), du Maroc (3,6 milliards de dollars) et de l’Ethiopie (3,3 milliards de dollars).


Pour la Tunisie, c’est le secteur industriel qui a attiré le plus d’IDE, pour un montant de 375 millions de dollars, suivi de celui de l’énergie (300 millions de dollars) et des services (200 millions de dollars).


La France est le plus grand pays investisseur en Tunisie, suivie du Qatar.

En outre, les entreprises chinoises ont annoncé d’importants investissements notamment dans le secteur de l’automobile. Ainsi, le constructeur automobile chinois SAIC Motors a signé en septembre 2018, un accord avec le groupe tunisien Meninx pour la création d’un usine de fabrication ciblant les marchés africains et européens, spécialisée dans la production de véhicules de la marque Morris Garage (MG), détenue par le groupe chinois.


Si dans le monde, les entrées des IDE ont reculé de 13% en 2018, le continent africain, lui, a été épargné par cette baisse. Les entrées d’IDE en Afrique ont augmenté de 11% par rapport à l’année précédente, pour s’établir à 46 milliards de dollars. Cette hausse s’explique par la progression de la demande et, par voie de conséquence, du prix de certains produits de base et par la croissance des investissements non liés aux ressources naturelles dans un petit nombre de pays.

D’après le rapport, la France demeure le principal pays de provenance des investissements réalisés en Afrique, même si les montants concernés n’ont guère évolué depuis 2013. Elle est suivie par les Pays-Bas, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la Chine.

Mukhisa Kituyi, Secrétaire général de la CNUCED, a déclaré que ” l’accord portant création de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) renforcera la coopération régionale. Conjugué à des prévisions de croissance optimistes, cela est de bon augure pour les entrées d’IDE sur le continent africain”.

Selon les récentes statistiques préliminaires de l’Agence de Promotion de l´Investissement Extérieur (FIPA), les investissements étrangers en Tunisie ont atteint, durant les quatre premiers mois 2019, 280 millions de dollars contre 302 millions de dollars durant la même période de l’année 2018, soit une baisse de 22 millions de dollars.

En dinars, les flux des investissements étrangers en Tunisie ont progressé de 15,7%, à 851,1 millions de dinars, contre 727,2 millions de dinars durant la même période de l’année écoulée.

 

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.