TUNISIE
21/05/2018 17h:20 CET | Actualisé 21/05/2018 17h:21 CET

La Tunisie espère rattraper son retard en matière d'énergies renouvelables

La Tunisie a adopté, en 2016, une stratégie de transition énergétique

Anadolu Agency via Getty Images

Cinq jours après l’octroi, le 10 mai 2018, des autorisations pour la réalisation de 10 centrales de 1 Mégawatt (4 projets) et 10 MW (6 projets), et la signature des contrats d’achat d’énergie par la STEG, le ministère de l’Energie, des Mines et des Energies renouvelables a lancé deux appels à candidature de pré-qualification pour la réalisation en concession de 8 autres centrales totalisant 1000 MW. 

Le premier appel est destiné aux promoteurs de centrales solaires photovoltaïques (5) d’une capacité totale d’environ 500 MW, et le second pour ceux des centrales éoliennes (3) d’une capacité totale d’environ 500 MW. 

“C’est la première fois que la Tunisie lance des projets de cette envergure. Ca permet de réduire le déficit énergétique, de développer la sécurité de l’approvisionnement en énergie dans notre pays et de booster la croissance”, s’est félicité, le ministre de l’Energie, Khaled Kaddour.

En effet, la Tunisie a adopté, en 2016, une stratégie de transition énergétique prévoyant la mise en place des conditions d’une mutation “progressive et équilibrée” du modèle énergétique actuel. Cette stratégie ne prévoit pas une déconnexion brutale du réseau conventionnel, mais plutôt, la diversification des sources d’énergie, la promotion du solaire et de l’éolien en particulier, et une meilleure exploitation des gisements d’efficacité énergétique. 

À long terme, le pays prévoit, dans le cadre de ses engagements pour le climat, de parvenir à asseoir les piliers d’une économie verte, à l’horizon 2050. Cet objectif et bien d’autres en matière d’énergie, auraient pu être atteints beaucoup plus tôt, si la Tunisie avait pris au sérieux la question de la dépendance énergétique et saisi l’opportunité des énergies alternatives, en particulier le solaire.

Car, comparée à d’autres pays voisins tel que le Maroc (objectif de parc Ourzazate 2000 MW en 2020) ou lointains tels que le Cap Vert ou le Costa Rica qui est sur le point d’être libéré du fossile et totalement décarbonisé, la Tunisie, qui fait face à plusieurs défis économiques et écologiques, met du temps à équilibrer son mix énergétique et à maitriser le déficit, faute de décisions stratégiques, de peu d’ambition et du blocage du plan solaire, dont la première version remonte à 2009. Elle risque de rater encore le coche, selon le macroéconomiste Mohamed Cheikh, qui vante les mérites de l’énergie solaire sur les réseaux sociaux à travers une page FB “Plan Solaire.tn 2030 => 100% ENR”.

“La Tunisie dispose de 100km2 de toits qui pourraient être équipés de panneaux solaires. Ces panneaux pourraient générer 17 milliards kw par an alors que notre consommation d’électricité est estimée à moins de 15 milliards kilowatts (rapport de la STEG 2016), dont seulement 0,5 provient des énergies renouvelables (éolien et solaire)”, selon ses propos.

Le transfert de l’électricité des centrales vers les consommateurs finaux pourraient causer la perte de 16% de l’électricité alors que l’approvisionnement sur place (autoproduction/consommation) d’énergie ne fait perdre que 6%. “Il faut adopter les principes de l’économie sociale et solidaire pour faire réussir une démocratisation de la production de l’énergie et rendre largement profitable la manne de l’énergie solaire”, estime Cheikh.

Le déficit énergétique ne laisse pas le choix 

Cette mue vers les énergies renouvelables, dont le contexte mondial est plus que jamais favorable (baisse des coûts du solaire PV sur le marché mondial, facilités de l’accord de Paris sur le climat...), n’est plus une option pour la Tunisie, dont environ 97% de ses besoins en électricité proviennent du fossile (gaz et pétrole). 

Consciente de ce problème et son impact négatif sur les finances publiques, la BCT a recommandé, au cours du premier trimestre 2018, la mise en place d’un programme d’efficacité énergétique qui s’articule autour de la diversification des sources en l’occurrence l’exploitation des énergies renouvelables (solaires, éoliennes, etc...), la rationalisation de la consommation et l’accélération des investissements dans les domaines de prospection et de développement. Alors qu’à l’échelle internationale, le coût de fonctionnement des technologies solaires photovoltaïques a diminué de plus de 80% depuis 2009 et devrait connaître une chute de 59% d’ici 2025, faisant du solaire photovoltaïque le mode de génération d’électricité le moins coûteux qui soit, selon l’agence internationale de l’énergie renouvelable (IRENA).

La Tunisie pourrait bien profiter de cette tendance baissière pour investir davantage dans le solaire PV et partant parvenir à réduire son déficit énergétique, devenu structurel et exorbitant pour atteindre 1,382 Milliards de dinars (MD), durant le premier trimestre de 2018, selon la BCT. 

Le pays gagnerait, également, à alléger le fardeau des subventions à l’énergie (produits pétroliers et électricité), qui devrait coûter à l’État, cette année, 3 milliards de dinars en contre 1,5 milliard de dinars prévus dans le budget de l’Etat pour l’année 2018, et ce en raison de la hausse du prix du baril, selon le ministre chargé des réformes économique Taoufik Rajhi.

Le pays dispose, d’ailleurs, d’excellentes conditions climatiques (taux d’ensoleillement dépassant les 3000 heures/an) et d’autres avantages (compétences, infrastructures d’installation, soutien international: PNUD, Coopération allemande...), pour augmenter la part des ENR dans le mix énergétique, limitée actuellement, à 3% et développer la capacité photovoltaïque installée, qui s’élève à 35 MW seulement, avec des besoins nationaux en électricité produite à partir des énergies renouvelables non encore satisfaits pour la période 2017-2020, d’environ 60 MW.

Des résistances à vaincre

En 2015, quand l’Assemblée des Représentant du Peuple (ARP), s’apprêtait à adopter la loi sur la production d’électricité à partir des énergies renouvelables, des sit-in avaient eu lieu devant le siège du parlement en protestation contre cette loi.

Les membres du syndicat de la STEG (Société Tunisienne de l’Electricité et du Gaz), seul producteur et gestionnaire du réseau électrique en Tunisie, étaient catégoriquement opposés à ce projet. Ils ont protesté contre cette loi, craignant pour leurs emplois et inquiets de voir leur réseau concurrencé par l’autoproduction, d’autant que le coût de l’électricité autoproduite pourrait être inférieur à celui acquis auprès du réseau électrique national.

“Le but de ce projet est la privatisation du secteur puisqu’il existe une volonté d’autoriser des investisseurs étrangers à installer des unités de production d’énergie solaire ou éolienne, particulièrement dans la région de Kébili, afin de revendre cette énergie à la STEG en appliquant des tarifs exorbitants”, avait avertit le syndicat.

“En dépit de cette opposition, le parlement a fini par adopter cette la loi le 15 avril 2015, avec une unanimité “relative” ( 87 pour, 7 contre et 12 abstentions) et des décrets de loi ont été soumis à une consultation nationale”, a rappelé le président de la commission parlementaire de l’Energie, de l’Industrie et des Ressources naturelles, Ameur Larayedh. 

D’après lui, la promotion des énergies renouvelables fait, désormais, l’objet de consensus entre les trois pouvoirs exécutif, législatif et politique. “Un État qui n’est pas autosuffisant en énergie, son indépendance demeure relative”, a lancé le député et président de la commission Energie à l’ARP.

Aujourd’hui, la STEG veut devenir une partie prenante et partenaire des producteurs privés de l’électricité (la société s’est engagée pour la production de 300 Mw d’énergie solaire et de 80 MW d’énergie éolienne). Les acteurs publics et privés, doivent comprendre , que les énergies renouvelables ne sont plus un luxe pour la Tunisie, mais un choix incontournable. 

Revoir le système de subvention des énergies 

Un ancien cadre de la STEG et consultant international en énergie, Hamadi Hizem, a averti, lors d’une récente rencontre sur le rôle de la société civile dans la promotion des ENR, que “si on continue de surconsommer de l’énergie, sans limites, ni rationalisation, ni alternatives, on risque de vivre des “black-out électriques”, pareils a ceux de Tokyo en 2002 et 2016, quand des milliers de foyers, de grands immeubles de bureau et d’administrations publiques, se sont trouvés privés d’électricité à cause d’une surcharge. D’ailleurs la Tunisie a été victime de ce genre d’incident et pour plus de 2 heures le 31 août 2014. 

“Le droit à l’énergie ne doit pas être à la portée de tous au même niveau quantitatif et sans limites. Il faut rationnaliser et orienter la subvention vers les catégories aux faibles revenus. Il est temps d’imposer aux entreprises énergivores un “engagement économique” en matière d’énergie”, a encore proposé le consultant.

En effet, une étude de la Banque mondiale (2013) intitulée “vers une meilleure équité : les subventions énergétiques, le ciblage et la protection sociale en Tunisie” a confirmé cette “inéquité énergétique”. Les revenus les plus bas ne bénéficient que de 13% des dépenses de subventions énergétiques en Tunisie alors que les ménages aux revenus plus élevés en tirent 29%, a constaté l’étude.

La transition énergétique s’impose avec acuité d’autant plus que les risques d’approvisionnement deviennent plus grandes dans un contexte géopolitique instable comme c’est le cas pour la Tunisie. 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.