LES BLOGS
23/08/2018 10h:00 CET | Actualisé 23/08/2018 10h:00 CET

La torture sans nom qui fait agoniser nos retraités à chaque fin de mois

Nos aînés ont trimé dur et honorablement pendant des années pour que des novices en politique se jouent de leurs pensions pour boucher les trous.

FETHI BELAID via Getty Images

Encore une fois, je signerai de mon nom dans une deuxième missive au gouvernement de Youssef chahed.

Dites à ce gouvernement qui n’aime pas les vieux qu’il fait fausse route.
Le préjudice fait pendant toute cette période à nos retraités, en particulier pendant cet Aïd, est à marquer au fer rouge dans l’histoire de ce pays post-révolution.

Dites à Chahed qu’il a beau avoir une belle posture, elle n’effacera point les larmes de ce digne fonctionnaire qui a toujours payé ses impôts et ses cotisations pour sa pension de retraite.


Dites à ces politiciens nullards et revanchards que nos seniors sont une ligne rouge et que nous ne permettrons plus de tels affronts.


Nos aînés ont trimé dur et honorablement pendant des années pour que des novices en politique se jouent de leurs pensions pour boucher les trous.
Les Tunisiens certes traumatisés par ce printemps arabe tourné en hiver sauront empêcher que la pension de leurs aînés deviennent des otages de vos courants politiques.
Ne faites pas de nos aînés vos boucs émissaires.
Ne faites pas de la vengeance votre cheval de bataille car tout le pays perdrait au change dans ce climat délétère.
Ne faites pas de ce gouvernement une tourmente mensuelle pour les retraités parce qu’en les privant de leurs droits, vous les avez condamnés.
Vous auriez pu les épargner mais vous avez préféré les laisser périr depuis des mois dans la tourmente de la pension qui ne tombe pas puis de l’Aïd qu’ils ne fêteront pas.
Une torture sans nom où ils agonisent.


Monsieur Chahed, dans ce climat polémique et houleux où votre jolie tête est mise à rudes épreuves, ne vous faites pas détester par tous, même ceux qui vous apprécient.
Choisir les plus vulnérables pour les enfoncer n’est pas la meilleure des stratégies, ni la plus noble, ni l’échappatoire à votre déclin politique.
Cela s’appelle du lâchage politique aussi pire que le pur autolynchage politique.
Une bien médiocre politique si Chahed.

À défaut de sympathies humaines, “les caresses d’un chien ne peuvent suffire”,vous répéteront nos aînés bien rodés.
Écoutez-les et vous assurerez votre salut.
Un dicton tunisien le valide parfaitement.

Aussi, je vous somme de réviser vos procédures et d’officier pour rendre à César ce qui lui revient et à nos retraités leurs droits et leur dignité.
Pour une amoureuse de l’histoire, par là où j’ai commencé, ma tentation est grande d’y participer.
Sanctionnée et radiée abusivement de l’Instance pour la dignité et la vérité, je ne peux que la raconter.
Oui, je me dois de la raconter.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.