MAROC
25/03/2019 12h:38 CET

La Tbourida candidate pour rejoindre la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO

"Cet art équestre, profondément ancré dans la culture marocaine, est associé aux festivités tant nationales que régionales".

ASSOCIATED PRESS
En ce jeudi 17 août 2017, une troupe charge et tient ses fusils avant de tirer, lors de Tabourida, un spectacle d'équitation traditionnel également connu sous le nom de Fantasia, à Mansouria, près de Casablanca.

CULTURE - Fin février, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), procédait à l’inscription de la candidature du dossier de “L’art Gnaoua” sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Ce 25 mars, le ministère de la Culture et de la Communication-Département Culture, a annoncé avoir déposé un dossier pour qu’y soit également inscrit la Tbourida, cet art équestre ancestral marocain, véritable spectacle.

La construction du dossier de la Tbourida, aussi appelée “fantasia”, a été faite en partenariat avec la Société royale d’encouragement du cheval (SOREC) et la Fédération royale marocaine des sports équestres”, indique un communiqué, avant son dépôt officiel auprès de l’UNESCO.

“Au sein du patrimoine national, la Tbourida constitue une composante majeure des pratiques liées au cheval. A juste titre, cet art équestre, profondément ancré dans la culture marocaine, est associé aux festivités tant nationales que régionales. Il cristallise aussi de multiples dimensions du patrimoine culturel immatériel, notamment les rituels, aptitudes et savoir-faire relatifs à l’habit traditionnel, à l’artisanat, outre le legs oral indissociable de cette pratique équestre et du cheval”, précise le document.

Le ministère assure que l’inscription définitive de la Tbourida sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité est “prévue dans les deux années à venir”. Elle pourra alors rejoindre l’art Gnaoua. Plus largement, la Tbourida sera également répertoriée aux côtés de la danse Taskiwin, qui a été inscrite au patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente de l’UNESCO en décembre 2017. Et ainsi allonger la liste , des merveilles qui constituent le patrimoine marocain, protégées par l’UNESCO.