MAROC
26/05/2018 13h:48 CET | Actualisé 26/05/2018 13h:50 CET

Mondial 2026: La Task Force retarde son verdict à la première semaine de juin

Et conserve son pouvoir d'écarter une candidature.

Twitter/Morocco2026

SPORT - Trois jours nous séparaient du rapport de la Task force, initialement prévu pour ce mardi 29 mai, comme l’avait annoncé dans un tweet, depuis supprimé, le compte officiel de la candidature du Maroc à la Coupe du Monde 2026. Mais le groupe de travail de la FIFA, chargé d’évaluer la recevabilité des candidatures pour le Mondial 2026, ne rendra finalement sa décision que début juin, indique une source proche du dossier citée par l’AFP

La Fifa annoncera “au cours de la première semaine de juin l’évaluation de la Task force”, a déclaré la source à l’agence de presse française. Cette Task force, commission d’évaluation des candidatures présentées par le Maroc d’une part, et le trio nord américain Canada-Mexique-USA, est composée de cinq membres, dont les deux secrétaires généraux adjoints de la Fifa, Marco Villiger et l’ex-joueur croate Zvonimir Boban.

Le groupe a effectué des visites d’inspection dans différents pays portant la candidature, d’abord à Mexico, Atlanta, New York et Toronto du 9 au 13 avril dernier, puis du 16 au 19 avril à Marrakech, Agadir, Tanger, Tétouan et Casablanca.

À l’issue de la visite de la Task force, le président du comité national de candidature du Maroc au mondial 2026, Moulay Hafid Elalamy, s’était montré confiant, indiquant que les membres du groupe de travail avaient exprimé “leur admiration pour la qualité du dossier”. Le comité de la FIFA avait cependant pointé du doigt l’une des faiblesses du dossier marocain, à savoir la non-conformité de certains stades du royaume avec les normes internationales pour accueillir les matchs de la Coupe du monde.

“Ce groupe de travail peut, en théorie, écarter une candidature avant la désignation du ou des pays organisateurs le 13 juin lors du congrès de la Fifa à Moscou, à la veille de l’ouverture du Mondial en Russie”, rappelle l’AFP. 

Si la Task force valide les deux candidatures, le Maroc disposera encore de quelques jours pour convaincre les pays hésitants à lui accorder leur soutien, dans cette dernière ligne droite où les candidats multiplient les opérations de séduction et les actions de lobbying.