MAROC
15/05/2018 16h:39 CET

Boycott: La société Eaux minérales d'Oulmès invite les citoyens à Sidi Ali Cherif

Réagissant au boycott de sa marque Sidi Ali, la société propose des visites gratuites sur les lieux de productions de ses bouteilles d'eau.

wwwleseauxmineralesdoulmesma

BOYCOTT - Une semaine après avoir brisé son silence, la société Eaux minérales d’Oulmès (EMO), une des trois marques faisant l’objet d’un appel au boycott depuis plus de trois semaines, prend une initiative plutôt insolite. Elle organise des visites à la source Sidi Ali Cherif, à Tarmilat (commune d’Oulmès), les samedis 19 mai, 26 mai, 2 juin et 9 juin. Une initiative, dont l’annonce a été faite, hier, sur la page Facebook de Sidi Ali, et que la société a confirmé au HuffPost Maroc.

Le but est de permettre ”à ceux qui le souhaitent” de “découvrir nos installations et dialoguer avec nos employés”. Ces derniers s’expriment d’ailleurs dans une vidéo “spontanée”, pour présenter leur mission au sein de Sidi Ali et surtout démentir des rumeurs, dont l’une prétend que la source en question est sèche. “Venez voir par vous-même!”, proposent ces employés aux citoyens. 

Comment la visite s’organisera-t-elle, concrètement? Si vous êtes intéressés, vous devrez vous inscrire en envoyant un mail à l’adresse suivante: visit.source@sidiali.ma. Un transport est mis gratuitement à la disposition des visiteurs depuis Casablanca (départ 9h, retour 18h) et Rabat (départ 10h30, retour 16h30). Le nombre de visiteurs, lui, est limité à 40 par visite pour des raisons logistiques.

Et depuis la publication de l’annonce, il semble qu’elle ne soit pas passée inaperçue. Une centaine de demandes d’inscription a été reçue par la société, d’après une source sûre à EMO, contactée par le HuffPost Maroc. D’après cette dernière, l’initiative d’organiser cette visite vient d’un souci “de transparence” et de “crédibilité”. Il est question, pour la société, de réagir aux rumeurs  du genre “la source n’existe pas” ou qu’elle est “asséchée”. La visite devra donc servir de preuve tangible de réfutation de ces rumeurs, mais aussi d’occasion, pour la société, de mieux faire connaitre son usine sur place.

D’une pierre deux coups. Par la voie de cette visite, précise notre source, il est question de faire connaitre les hommes et les femmes qui travaillent dans le processus d’embouteillage des bouteilles Sidi Ali. Une relation directe et humaine sur laquelle EMO compte énormément pour convaincre le consommateur. “L’idée est aussi de montrer ce que fait l’entreprise dans la région”, ajoute notre source, faisant allusion à l’impact social sur les habitants de la commune.

Réagissant au boycott qui la vise, la société avait, le 9 mai dernier, publié un communiqué dans lequel elle avait justement précisé s’être acquittée d’une taxe communale au profit de la commune d’Oulmès d’une valeur de 99.056.958 DH au titre de l’année 2017. 

Elle avait affirmé, par le même biais, réaliser, au final, une marge de 7%, soit 40 centimes par bouteille d′1,5L, soulignant ses engagements en matière de qualité de ses produits, mais aussi son oeuvre à la création d’emplois au Maroc. “La société génère par ailleurs plus de 7.900 emplois indirects, soit un total de près de 10.000 personnes” avait-elle tenu à préciser.