ALGÉRIE
04/01/2019 12h:44 CET | Actualisé 04/01/2019 13h:54 CET

"La rencontre d’Alger", une nouvelle étape dans le projet Jisr El-Djazair

Cette rencontre verra la participation d’architectes, urbanistes, sociologues, institutions publique, étudiants et bien d'autres invités.

Radio M

Une année après son lancement, le projet “Jisr El-Djazair”, le pont d’Alger, confirme l’ambition de départ de ses concepteurs: faire de ce projet architectural une initiative citoyenne. Nacym et Sihem Baghli, architectes et concepteurs du projet, amorcent une nouvelle étape dans cette aventure : “La rencontre d’Alger”.

“Jisr El-Djazair”, le pont d’Alger, est un projet que Nacym et Sihem Baghli ont rendu public en septembre 2017. Il s’agit d’un pont, dont le point de départ sera El Marsa (Tamenfoust), il passera par le Jardin d’Essai et finira à Bab El Oued. Des projets de loisir seront également réalisés autour de cet ouvrage.

Après une présentation officielle du projet lors de l’évènement “Algérie Smart City”, Nacym et Sihem  lancent le concours d’idées international invitant les étudiants et jeunes professionnels du secteur d’ici et d’ailleurs à proposer des idées innovantes qui seront intégrées dans la conception du projet.

 

 

Dix projets ont été retenus dans le cadre de ce concours d’idées qui a compté plus de 400 inscrits et la représentation de 55 pays. Les lauréats présenteront leur projet lors de “La rencontre d’Alger” en présence des membres du jury et autres invités.

“Beaucoup de personnes ont cru en notre projet et nous ont suivi dans cette aventure, qui est avant tout, humaine. Les jurys qui ont départagé les candidats du concours d’idées sont des personnalités du domaine de l’architecture, la sociologie, l’engineering mondialement connus. Avec cette rencontre nous voulons leur montrer notre ville et ouvrir le débat sur comment nous imaginons Alger dans le futur”, soulignent Nacym et Sihem.

LIRE AUSSI: ″جسر الجزائر”, le pont qui réconcilie la baie d’Alger et ses habitants

Cette rencontre verra la participation d’architectes, urbanistes, sociologues, institution publique, étudiant et bien d’autres. Des conférences et panels dans différents domaines marqueront cette journée.

La notion de l’écologie et le développement durable seront particulièrement mise en avant lors de cette rencontre. Les deux architectes soulignent que l’ambition de cette thématique est de faire un état zéro de la baie d’Alger.

LIRE AUSSI: Algiers 20XX : le projet ”جسرالجزائر” fait appel aux idées innovantes

“La baie d’Alger est extrêmement polluée, c’est pour quoi la faune a déserté les fonds marins. Une préoccupation que nous avons prise en considération dans le projet du pont d’Alger. Les îles artificielles qui seront parsemées sur la baie,  pourraient servir comme récifs artificiels qui contribueront à reconstituer cette faune”, précisent  Nacym et Sihem.

Retrouvez l’intégralité de l’entretien avec Nacym et Sihem Baghli sur Radio M.