LES BLOGS
18/10/2019 16h:19 CET | Actualisé 18/10/2019 16h:19 CET

La profonde intelligence de la révolution populaire

RYAD KRAMDI via Getty Images
Algerian protesters chant while lifting national flags and pictures of a detained activist during an anti-government demonstration in the capital Algiers, on October 18, 2019. (Photo by RYAD KRAMDI / AFP) (Photo by RYAD KRAMDI/AFP via Getty Images)

1.    Outre sa stratégie radicalement pacifiste mise en œuvre avec succès depuis huit mois, le mouvement populaire est entrain d’inventer un mode de gouvernance révolutionnaire inédit :

2.    Un mouvement populaire de très grande ampleur (une grande majorité de la population algérienne) prouve, sans aucune faille ou hésitation, qu’il est capable de s’auto-diriger, de s’auto-organiser et de penser par lui-même.

3.    La réaction populaire contre la tentative de lui imposer des élections ou des lois, est sans équivoque : le peuple algérien a des convictions solides et il est profondément attaché à ses valeurs essentielles. Il sait ce qu’il a à faire pour se défendre contre l’agression des prédateurs ou les ambiguïtés des «élites». Il n’accepte plus qu’on prenne, en dehors de lui, des décisions qui engagent son avenir. Il ne tolère plus qu’on porte atteinte à sa souveraineté et à sa dignité.

4.    Cette position du peuple algérien n’est pas le fruit d’un quelconque accident historique, elle est, au contraire, le résultat d’une très longue expérience de la lutte contre l’agression et de résistance à l’oppression. La substance de cette culture politique est la patience, l’intelligence, le courage et la foi. 

5.    La révolution en cours a pu synthétiser ce qu’il y a de plus positif dans notre expérience historique en une démarche cohérente et une dynamique qui est celle de l’autonomie de la force populaire.

6.    Compte tenu de l’état de faiblesse des «élites» actuelles (malmenées durant des décennies par un régime hostile au droit et à la science), le mouvement populaire est conduit à compter sur ses propres forces. Depuis le 22 février le décalage entre le mouvement populaire s’est à peine réduit, mais il demeure. Les partis politiques, les syndicats et les associations, sauf marginalement, semblent encore incapables de saisir la chance historique créée par le mouvement populaire. 

7.    Mais, en dépit de tous les obstacles qu’il rencontre, de la répression, et des manœuvres de la contre-révolution, le mouvement populaire continue de se renforcer, d’inventer ou de réinventer des formes de lutte, de s’imposer dans la réalité, et de tracer la voie de l’avenir ; un avenir de dignité, de justice et de liberté.