MAROC
11/04/2019 12h:32 CET

La police nationale espagnole démantèle un réseau d'enlèvement de mineurs étrangers isolés marocains

Les personnes impliquées demandaient une rançon de 5.000 dirhams à leurs proches.

Huffpost MG

ARRESTATION - Trafic international de mineurs. La police nationale espagnole vient de démanteler un réseau d’enlèvement de mineurs étrangers non accompagnés (MENA) qui agissait entre le Maroc et l’Espagne. Six personnes ont été arrêtées. 

L’enquête qui a abouti au démantèlement du réseau a commencé en 2018, grâce au témoignage d’une Marocaine qui “a découvert trois compatriotes mineurs en détresse à Grenade”, raconte la police dans un communiqué. Après ce signalement, les forces de l’ordre identifient un réseau espagnol qui se consacre entièrement au passage des mineurs étrangers non accompagnés depuis le pays voisin.

Au Maroc, “ils exigeaient des membres de leur famille une somme variable d’argent pour leur transfert en Espagne, montant qui variait selon la méthode de trafic des êtres humains qu’ils employaient. Les mineurs étaient ensuite transférés à Tanger où une autre personne s’occupait d’eux”. De là, ils les faisaient entrer illégalement dans le pays européen via pateras

“Une fois en Espagne, si les mineurs n’étaient pas détectés par les forces de sécurité, ils étaient reçus par d’autres membres du réseau”, souligne la police nationale. Ceux qui étaient repérés étaient envoyés dans des centres pour mineurs dans la province de Cadix. L’organisation les retrouvait pour les enlever, eux et ceux “qui avaient été victimes de la traite par d’autres réseaux en leur proposant de faux prétextes pour accepter leur transfert dans d’autres provinces d’Espagne”.

Une fois les enfants enlevés et séquestrés, le réseau prévenait leurs parents au Maroc et proposait leur libération contre 5.000 dirhams. “Ils n’ont pas hésité à menacer directement les enfants ou leurs proches au Maroc que s’ils n’étaient pas payés, ils mourraient ou seraient utilisés pour le trafic d’organes”, ajoute la police. Les six suspects ont été placés en détention. Quatre d’entre eux sont détenus à Almeria, un à Cadix, un autre à Línea de la Concepción et le dernier à Jerez de la Frontera.