MAROC
24/12/2018 12h:37 CET

La police espagnole recherche un Marocain soupçonné de vouloir commettre un attentat à Barcelone

Originaire de Casablanca, il planifierait des attentats durant les fêtes de fin d'année.

Joegend via Getty Images

ESPAGNE - Chasse à l’homme en Espagne. Dimanche 23 décembre, le compte Twitter du département d’État des États-Unis a alerté ses ressortissants contre une éventuelle attaque terroriste à Barcelone. 

Sur ce tweet, il est ainsi conseillé aux ressortissants américains de “faire preuve d’une prudence accrue autour des zones de mouvement de véhicules, y compris les bus, dans les environs de Las Ramblas de Barcelone pendant Noël et le nouvel an”. “Les terroristes peuvent attaquer avec peu ou pas d’avertissement, ciblant les lieux touristiques, les centres de transport et d’autres zones publiques”, poursuit le Tweet:

Un Tweet qui fait suite à la nouvelle d’une recherche active en Espagne d’un citoyen marocain de 30 ans, rapporte ce lundi 24 décembre El Pais. L’homme recherché, désigné par les initiales B.L, serait originaire de Casablanca et détenteur d’un permis de conduire de bus, faisant craindre aux autorités ibériques un scénario similaire à celui qui s’est déroulé à Barcelone en 2017 et Nice en 2016.

Selon des sources policières citées par le journal, plusieurs contrôles ont été effectués auprès de chauffeurs de bus et les minibus dans le centre de Barcelone, mais aussi auprès des sociétés de location. La présence policière autour de la Ramblas sera également renforcée, tandis que la Sagrada Familia sera aussi inspectée, rapporte El Pais.

Toujours selon la même source, l’homme recherché avait déjà fait l’objet d’une plainte en 2006 pour insulte à agent à l’aéroport de Malaga. Les services de renseignement ont également connaissance du fait que l’homme recherché a voyagé de Almeria à Nador en 2015, et de Tanger à Algeciras en 2018.

L’information intervient au lendemain de l’arrestation samedi dernier à Mataró, près de Barcelone, d’un Marocain de 33 ans qualifié de terroriste “dangereux”, affilié à Daesh. Ce dernier “a quitté son pays d’origine, le Maroc, en mai 2014, pour s’installer dans une zone de conflit”, explique Europe Press, ajoutant qu’il est suspecté d’y avoir “planifié le développement d’une base de missiles à longue portée de l’organisation terroriste”.