MAROC
27/07/2018 17h:12 CET

La police espagnole met la main sur une tonne de haschich au cours d'une opération anti narcotique entre le Maroc et l’Espagne

5 navires transportant les stupéfiants ont été saisis.

Jon Nazca / Reuters

STUPÉFIANTS - Ce vendredi 27 juillet, la police espagnole d’Huelva a arrêté 10 personnes et saisi près d’une tonne de haschich dans le cadre d’une opération anti-trafic de drogue entre le Maroc et l’Espagne, au cours de laquelle 5 navires et un fusil de chasse ont également été saisis, rapporte les médias ibériques et la police nationale sur les réseaux sociaux. 

Un homme sous surveillance a permis aux policiers de localiser l’atelier clandestin

Les narcotrafiquants présumés ont été arrêtés dans un entrepôt situé à San Juan del Puerto, non loin de Huelva, dans le sud-est du pays, et qui servait d’atelier de préparation des bateaux destinés à transporter les stupéfiants entre le Maroc et l’Espagne. Au cours de cette opération de grande envergure, en plus de l’arrestation des dix suspects, les enquêteurs ont mis la main sur 5 bateaux et un fusil de chasse.

Les investigations menées par la police espagnole du commissariat d’Huelva ont débuté lorsqu’ils ont découvert la piste de l’existence d’un atelier clandestin à San Juan del Puerto. En approfondissant leurs recherches, les forces de police ont atteint un navire dans un périmètre proche de la cachette. Le dispositif de surveillance déployé autour de la zone a permis aux enquêteurs d’identifier un homme connu pour ses antécédents dans le milieu. Pendant plusieurs jours, ce dernier était sous surveillance et a mené les policiers jusqu’à l’atelier. 

Des suspects déjà détectés auparavant

Lundi 23 juillet, les policiers ont détecté un des collègues du suspect auparavant repéré lors d’un déplacement vers le port de Mazagón, à Huelva. Ce dernier avait utilisé une voiture pour transporter l’un des bateaux jusqu’à l’atelier en prenant de grandes précaution. Pendant le transfert, les enquêteurs ont remarqué trois véhicules ”éclaireurs” escortant celui qui remorquait le bateau, pour détecter les contrôles de la police.

Une fois le bateau amené à l’atelier clandestin, plusieurs personnes ont commencé à arriver, certaines d’entre elles ayant déjà été détectées lors de la surveillance policière. Les policiers pouvaient voir comment ces gens prenaient des colis à l’intérieur du bateau. Puis, accompagnés de renforts attachés à la brigade de sécurité du citoyen, ils sont entrés à l’intérieur de la planque et ont arrêté les dix personnes qui s’y trouvaient.

Après l’arrestation, les détenus ont été mis à disposition de la Cour d’Instruction numéro de la ville ayant dirigé les enquêtes de police.