ALGÉRIE
21/04/2019 16h:27 CET | Actualisé 21/04/2019 16h:28 CET

La nouvelle aérogare d'Alger mise en service le 28 ou 29 avril

DR

La nouvelle aérogare de l’aéroport international Houari-Boumediene d’Alger sera mise en service le 28 ou 29 avril prochain, a-t-on appris auprès d’une source interne à la Société de Gestion des Services et Infrastructures Aéroportuaires d’Alger (SGSIA).

Le ministère des Transports a donné ce dimanche 21 avril 2019 son accord de principe au P-DG de la SGSIA, M. Tahar Allache, pour la mise en service, dès la semaine prochaine, de cette infrastructure.

Celle-ci avait été classée “bâtiment dangereux” par la Protection civile, qui a refusé vers mi-mars de donner son accord à l’issue de tests non concluants effectués sur le système de détection incendie. Une société espagnole a été dépêchée pour remédier à ce problème, avait appris la même source au HuffPost Algérie.

Le P-DG de la SGSIA s’est ainsi rendu au ministère des Transports, muni d’un procès-verbal commun attestant de la réparation du système de détection incendie. Il a reçu un accord de principe pour l’ouverture de la nouvelle aérogare la semaine prochaine, dimanche 28 ou lundi 29 avril 2019.

Son inauguration par l’ex-président Abdelaziz Bouteflika, prévue le 24 février 2019, avait été reportée sine die. 

Dans une déclaration à TSA, M. Tahar Allache a fait savoir que cette mise en service devrait passer par plusieurs étapes. Les vols en direction de Paris de la compagnie nationale Air Algérie seront les premiers à être effectués à partir de cette nouvelle aérogare.

Cette nouvelle aérogare, d’une capacité de 10 millions de voyageurs par an, devait être inaugurée en juillet 2018. Cette échéance a maintes fois été reportée en raison de retard des travaux de finitions. Le ministère des Transports annonçait fin 2018 le report de l’inauguration à mars 2019.

Ce projet d’extension de l’aéroport international d’Alger a coûté plus de 80 milliards de DA, avait affirmé en juillet 2018 l’ex-ministre des Travaux publics et des transports, Abdelghani Zaalane

Le projet de la nouvelle aérogare fait l’objet depuis 2018 d’une enquête de la part du bureau gouvernemental britannique, Serious Fraud Office (SFO) pour soupçons de corruption.

Le groupe Ultra Electronics, qui avait obtenu un marché pour l’installation d’une solution informatique de gestion aéroportuaire, a accusé le P-DG de la Société de Gestion des Services et Infrastructures Aéroportuaires d’Alger (SGSIA), Tahar Allache, de corruption.