TUNISIE
11/07/2018 18h:40 CET | Actualisé 11/07/2018 20h:49 CET

La musique nord-africaine du futur: Ammar 808 et l'histoire du "Maghreb United"

La presse internationale en raffole, elle parle d’une “nouvelle musique”, d’un genre musical sans précédent.

Sia Rosenberg

“On vient d’ici. Où va-t-on maintenant?”. Si la musique nous fait vibrer, nous fait danser, pleurer ou planer, elle pousse aussi à réfléchir. 

“Que serait la musique s’il n y avait pas eu de colonisation, que serait-elle sans des décennies de dictature?”. Des questions que le Tunisien Ammar 808 s’est posées et les réponses pourraient peut-être bien se trouver dans le nouvel album, “Maghreb United”.

“Maghreb United” est l’aboutissement d’une collaboration entre Sofyann Ben Youssef, aka Ammar 808, Mehdi Nassouli (Maroc), Cheb Hassen Tej & Lassad Boughalmi (Tunisie) et Sofiane Saidi (Algérie). 

Une mixture entre le Targ, le Raï et le Gnawa, interférés de sons électroniques qui donnent une musique nord-africaine, traditionnelle et en même temps futuriste, aussi dark qu’énergétique, associant la drum machine, sa chère TR 808, aux instruments maghrébins; gumbri, gabsa et zokra.

À peine sorti en juin que l’album fait déjà le top des classements mondiaux: Élu album du mois de juillet sur Bandcamp, il se trouve parmi les meilleurs album du printemps 2018 sur Traxmag, pour n’en citer que quelqu’uns. 

Aussitôt l’album est sorti que la bande part en tournée, Danemark, Suède, Hollande, Pologne, Suisse, France et Belgique, là où Sofyann est installé depuis 14 ans. 

C’est un spectacle solide qu’ils ont préparé, où l’énergie du live et le clubbing “Magheb Bass” coexistent et où la musique intervient au milieu d’un spectacle visuel, spécialement conçu pour ce projet.

Le Vjing, autant que la musique, est au coeur du show. Conçu par Sia Rosenberg, le groupe fait aussi appel à un metteur en scène, à des designers, à des danseurs, ils créent personnages, costumes et chorégraphies, le tout filmé pour être projeté lors des concerts. “C’est une expérience globale qu’on offre”. 

Ammar 808, connu pour son travail de producteur sur le projet Bargou 08, relate: “À la fin de chaque concert, je suis en sueur et mes jambes me font mal à force de danser et de sauter sur scène”. Il en ressort complètement lessivé, mais c’est la satisfaction qui le recouvre quand il voit une foule occidentale déchaînée sur les rythmes maghrébins. 

Le Maghreb s’est ainsi invité à l’Amsterdam roots festival, “La perception du reste du monde a changé, maintenant ils écoutent notre musique dans leur propre contexte, c’est une réussite en soi”.

La presse internationale en raffole, elle parle d’une “nouvelle musique”, d’un genre musical sans précédent. 

Une révolution musicale que Sofyann Ben Youssef préfère appeler “Futurisme Maghrébin”, car pour lui, l’appellation ‘Musique du Monde’ traduit l’histoire du colonialisme. Aujourd’hui, avec les nouvelles technologies et Internet, les choses ont changé et on peut enregistrer la musique même en étant à l’autre bout du monde”, souligne-t-il au HuffPost Tunisie

On peut l’inventer et la réinventer, elle peut nous faire voyager et peut elle même voyager. “La musique ne sert plus à promouvoir une culture ou un patrimoine, mais à réfléchir au futur et à imaginer ses possibilités. Mais en même temps, pour voir plus clair dans le futur, il faut parfois regarder loin dans le pass ”. 

Pas encore de dates prévues pour la Tunisie, mais Sofyann en promet quelques unes pour bientôt. “C’est un peu compliqué quand on n’est pas sur place, mais la connexion que j’ai avec mon pays reste aussi solide. Je partagerai cet album en Tunisie, c’est inévitable”. 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.