MAROC
31/07/2018 18h:49 CET

La mort d'un Marocain en Italie alimente la polémique suite à plusieurs crimes racistes

Le gouvernement italien est accusé d’alimenter une rhétorique raciste.

ChiccoDodiFC via Getty Images

ITALIE - Une mort qui ré-alimente les tensions. Dans la nuit de samedi à dimanche à Aprilia, dans le centre de l’Italie, un Marocain de 43 ans est mort après avoir été poursuivi par trois hommes le soupçonnant d’être un cambrioleur, rapporte le journal italien Corriere Della Sera.

Depuis, les versions divergent autour de ce qui a provoqué la mort du Marocain, qui possédait du matériel de cambriolage dans sa voiture selon la police. Alors que certains médias ont d’abord affirmé que ce dernier a été battu à mort par ses poursuivants, après avoir été victime d’un accident de voiture, la police affirme aujourd’hui que l’homme a subi une concussion à cause de l’accident, le médecin légiste n’excluant pas l’hypothèse que ce dernier serait mort à la suite d’un coup que lui aurait asséné un des hommes qui le poursuivait, rapporte le Corriere Della Sera. Le conducteur de la voiture est toujours en fuite.

Dans une vidéo publiée dans la presse italienne, on peut apercevoir un des suspects, agent de sécurité, ranger une arme. Ce dernier ainsi qu’un second homme ont été arrêtés pour homicide involontaire. Pour le quotidien italien, “il n’y avait pas de motif racial derrière cette attaque”.

Le gouvernement accusé d’alimenter une rhétorique raciste

Un fait divers qui alimente la polémique en Italie autour de ce que le quotidien communiste Il Manifesto qualifie d’”été de l’intolérance”. En effet, comme le rappelle l’AFP, le pays est secoué ces dernières semaines par plusieurs affaires d’agressions racistes, que beaucoup lient au discours ouvertement anti-migrants du gouvernement italien. Récemment, la jeune athlète Daisy Osakue a reçu un oeuf au visage. Une agression qu’elle considère comme raciste.

Dans un message publié sur Twitter, le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini s’est défendu de racisme en postant des photos de lui, se prenant en selfie... avec des hommes et femmes noires ou asiatiques:

“Je rappelle aux politiciens et aux journalistes bien-pensants que je ne juge pas les gens selon la couleur de peau, je fais la distinction entre les gens respectables et les criminels. Pour les premiers il y a un avenir en Italie, pour les autres non! ”

Salvini qui, comme le rappelle l’AFP, a persisté ce week-end dans son discours coup de poing sur les étrangers: “Je rappelle qu’il y a environ 700 délits commis chaque jour en Italie par des immigrés, soit près d’un tiers du total, et ceci est la seule vraie urgence pour laquelle je me bats en tant que ministre”.