TUNISIE
18/10/2018 18h:06 CET

L'Etna menace de s'effondrer et de causer un Tsunami en Méditerranée? Faut-il s'alarmer? Des spécialistes répondent

Le mot à retenir: incertain

Fabrizio Villa via Getty Images

L’information relayée par plusieurs médias et personnalités nationales et internationales a fait surgir certaines craintes, à l’aune de catastrophes climatiques touchant la région: L’Etna serait en train de glisser et son effondrement pourrait provoquer un tsunami en Méditerranée.

Mais qu’en est-il exactement?

 

Selon une étude menée par une équipe Italo-germanique de chercheurs, publiée dans la revue Science Advances, le volcan Etna, situé en Sicile, l’un des plus actifs au monde, pourrait provoquer une catastrophe sur les rives de la Méditerranée. 

C’est “un groupe de volcans considérés comme les plus dangereux au monde par l’Association internationale de volcanologie et de chimie de l’intérieur de la Terre”, et qui fait l’objet d’études régulières et qui est hautement surveillé par les chercheurs.

Il a donc été découvert par les chercheurs de l’institut océanographique Geomar, en Allemagne, que “chaque année, le flanc sud-est de l’Etna s’enfoncerait ainsi de 3 centimètres dans la Méditerranée”, révèle l’étude.

“L’instabilité du flanc sud-est de l’Etna est due soit au système de plomberie magmatique du volcan, soit aux forces de gravitation”, est-il mentionné.

Quelles répercutions?

“Toute la pente est en mouvement en raison de la gravité”, a déclaré, à Nouvelles du Monde, Heidrun Kopp, coordinateur du réseau GeoSEA, co-auteur de l’étude. “Il est donc tout à fait possible qu’il puisse s’effondrer de façon catastrophique, ce qui pourrait déclencher un tsunami dans toute la Méditerranée”.

Mais faut-il s’alarmer?

Selon Morelia Urlaub, chercheuse et parmi les auteurs du rapport, il est difficile d’avoir une estimation précise sur la date d’un tel évènement et surtout sur sa portée.

Contacté par le HuffPost Tunisie au sujet de la possibilité de ce Tsunami, Mathieu Gouhier, volcanologue et physicien français, déclare: “Nous ne pouvons malheureusement pas prévoir l’ampleur de l’effondrement, si celui-ci devait se produire un jour, ce qui reste encore incertain à ce stade”.

Pour sa part, Hélène Hebert, chercheuse au Centre d’Alerte aux Tsunamis a affirmé au HuffPost Tunisie qu’ “en général ces tsunamis font des dégâts importants localement. Les effets s’atténuent avec la distance. Pour avoir des effets significatifs à distance, il faut des cas catastrophiques impliquant la chute d’un morceau important de l’édifice (plusieurs km3 à dizaines de km3), et encore, cela dépend si la chute se fait rapidement ou lentement”.

Elle continue: “Pour savoir quand un effondrement peut se produire, il est difficile de prédire l’instant de démarrage. Avec les instrumentations modernes, on voit de mieux en mieux les taux de déformations, des éventuelles accélérations de la déformation. Et aujourd’hui on arrive aussi à faire ces mesures en fond de mer avec de bonnes précisions. Donc le volcan est suivi de très près. Savoir quand cela peut partir est beaucoup plus difficile à extrapoler, comme pour les séismes”.

Nous nous sommes alors dirigés vers une étude conduite en 2006 menée sur un tsunami qui touché la région, provoqué par l’Etna, il y a de cela 8000 ans. Le tsunami “aurait touché toute la Méditerranée orientale”, selon une étude de l’American Geophysical Union. Ainsi, ce serait seulement l’est de la Méditerranée qui serait touché si un tel évènement venait à avoir lieu, ce qui épargnerait a fortiori la Tunisie et le Maghreb.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram