TUNISIE
14/06/2019 17h:12 CET

La Méditerranée, l'une des mers les plus polluées de la planète par le plastique: WWF dévoile les pays responsables

Saviez-vous que nous avalons en plastique l'équivalent du poids d'une carte de crédit par semaine?

Aryfahmed via Getty Images

“Stoppons le torrent de plastique!” C’est le titre d’un rapport accablant dévoilé par le WWF (Fonds mondial pour la nature) le vendredi 7 juin, à la veille de la journée mondiale de l’océan. 

Un constat alarmant qui met en lumière le fléau de la pollution plastique en Méditerranée et pointe du doigt les pays responsables.

Depuis plusieurs années, le WWF alerte sur les conséquences de la pollution plastique sur les espaces naturels et la biodiversité. La mer Méditerranée qui contient moins de 1% de l’eau de la planète, présente l’un des niveaux de pollution les plus élevés au monde.

Environ 600 mille tonnes de plastiques finissent, chaque année, en mer Méditerranée, soit l’équivalent de 33.800 bouteilles en plastique par minute. Un chiffre qui fait froid dans le dos, et pourtant. La pollution continue de croître. Le nombre de déchets plastiques devrait quadrupler dans la région d’ici 2050.

La région méditerranéenne est le 4ème producteur mondial de produits plastiques. Ses habitants génèrent 24 millions de tonnes de déchets plastiques chaque année, dont 20% proviennent du trafic maritime et de la pêche.

Dans certains pays, cette production de déchets augmente d’un tiers durant la période estivale, ce qui entraîne aussi une surcharge des plateformes chargées de la gestion des détritus. 

Malgré les appels incessants de l’ONG à limiter les dégâts, rares sont ceux qui se soucient encore de l’avenir de la Méditerranée, de son climat et de sa biodiversité.  

Rosemary Calvert via Getty Images

Pour dénoncer ce fléau de la pollution plastique et vaincre le principal obstacle à savoir le déni, WWF a préféré cette fois-ci de jouer la carte de la franchise en dévoilant les parts de responsabilité de chaque pays. Il a décidé d’identifier précisément la contribution de chaque pays méditerranéen à cette pollution et d’évoquer les solutions à mettre en place au niveau national pour sauver la Méditerranée. 

Le WWF a élaboré une feuille de route détaillée comprenant des politiques et des initiatives que la région et les pays doivent mettre en œuvre individuellement pour parvenir à une économie circulaire durable afin de ne plus produire de déchets plastiques.

“Nous avalons en plastique l’équivalent du poids d’une carte de crédit, par semaine” alerte WWF 

Selon un rapport commandé par le WWF à l’université de Newcastle, en Australie, publié mardi 11 juin, en moyenne, les gens pourraient ingérer environ 5 grammes de plastique par semaine, ce qui équivaut au poids d’une carte de crédit.

“Notre étude suggère que les gens pourraient consommer en moyenne plus de 100 000 microplastiques par an. Cela représente environ 21 grammes par mois, soit un peu plus de 250 grammes par an” souligne l’organisation.

Qui sont les grands pollueurs?

Avec ses 4,5 millions de tonnes en 2016, la France s’impose comme première productrice de déchets plastiques de la région. Elle produit 18% des 24 tonnes de déchets plastiques rejetées tous les ans, là où la Tunisie en produit 1%.

Première, elle l’est aussi pour sa quantité de déchets déversés dans la mer. Elle reste cependant derrière l’Italie et la Turquie quant à la production d’objets en plastique, avec 1,4% des produits en plastique dans le monde fabriqués dans l’Hexagone.  

rapport WWF

Tandis que la Cilicie turque est la côte la plus polluée de la mer Méditerranée, les lieux les plus pollués sont souvent de hauts lieux touristiques comme Barcelone, Tel-Aviv, Valence, la baie de Marseille et la côte de Venise, à proximité du delta du Pô. 

rapport WWF

Alors qu’en terme de collecte et de mauvaise gestion de déchets en plastique, c’est l’Egypte qui se place en tête de peloton. Ce dernier est le plus gros pollueur avec un gros problème de collecte, puisqu’un déchet sur deux se retrouve en pleine nature et une grande partie en Méditerranée.

L’Egypte est suivi par la Turquie, l’Italie, l’Algérie et le Maroc en ce qui concerne la gestion des déchets “qui restent non traités ou enfouis illégalement ou ouvertement largués”.

Selon le rapport, environ 2,8 millions de tonnes de déchets sont ouvertement déversées, annuellement, dans des sites non contrôlés autour de la Méditerranée. Et c’est le duo Egypte et Turquie qui se place en haut du podium en étant les deux plus grandes sources de dépotoir à ciel ouvert en volume total, souligne la source. 

rapport WWF

Déjà confrontée à des problèmes de gestion de déchets, la Turquie importe de grandes quantités de déchets. Elle est devenue l’un des dix importateurs mondiaux de déchets après que la Chine ait refermé un peu plus la porte des importations de déchets plastiques. 

“Le plastique importé est d’une qualité plus élevé que les déchets plastiques produits au pays, en raison de plus de procédés de tri et de traitement efficaces, et est donc de meilleure qualité, valeur pour les recycleurs” note le rapport en précisant qu’une grande partie de la capacité de recyclage turque
est occupée par des déchets importés du Royaume-Uni, Belgique et Allemagne.

vchal via Getty Images

“De nombreux pays acceptent d’importer d’importantes quantités de déchets comme la Turquie et le Maroc, or ces derniers ont des problèmes avec la gestion efficace des déchets. En conséquence, ils étaient mal équipés pour faire face à l’afflux soudain des importations. Cela signifie que les plastiques collectés et exportés pour le recyclage à ces nations peuvent avoir fini dans des décharges, incinérateurs ou décharges à ciel ouvert”, regrette la source.

Pourquoi certains pays achètent des déchets plastiques?

De nombreux pays riches envoient leurs déchets recyclables à l’étranger, car ils sont bon marché, aident à atteindre les objectifs de recyclage et réduisent les décharges nationales.

L’Union européenne (UE) exporte la moitié de ses plastiques collectés et triés, dont 85% vers la Chine. Les Etats-Unis ont eux envoyé en 2016 en Chine plus de la moitié de leurs exportations de déchets de métaux non ferreux, papiers et plastiques, soit 16,2 millions de tonnes.

Pour les pays en développement qui prennent les ordures, c’est une source de revenu précieuse.

A contrario, la Suède recycle si bien ses propres déchets qu’elle importe désormais ceux de ses voisins pour faire fonctionner ses centrales d’énergie. 

 Qu’en est-il de la Tunisie?

Alors que son industrie des produits en plastique est petite par rapport aux autres pays méditerranéens, la Tunisie est le quatrième consommateur de produits en plastique par habitant dans la région.

En 2016, la Tunisie a généré 0,25 mille tonnes (Mt) de déchets plastiques, dont 0,05 Mt (20%) sont restés non collectés et 0,20 Mt (80%) ont été collectés pour le traitement des déchets. 0,15 Mt (60%) de ces déchets ont été envoyés dans des décharges, 0,04 Mt (16%) se sont ouvertement jetés dans la nature et seulement 0,01 Mt (4%) ont été recyclés.

rapport wwf

Selon le rapport, l’économie tunisienne perd environ 20 millions de dollars par an en raison de la pollution plastique qui affecte les secteurs du tourisme, la navigation et la pêche.

La gestion des déchets reste un challenge pour la Tunisie. Le pays qui recycle moins de 5% de ses déchets ne dispose en effet que de 10 décharges en fonctionnement, dont la majorité à capacité réduite (<100 mille tonnes/an). 

Que faire pour sauver la Méditerranée? 

Face à ce constat, le WWF appelle à la mobilisation des gouvernements méditerranéens. En plus de réclamer le bannissement des produits plastiques à usage unique et l’investissement dans des plateformes de gestions de déchets, elle propose un accord régional contraignant pour stopper les rejets de plastiques en Méditerranée d’ici 2030. Le cadre est proposée par l’ONG: la Convention de Barcelone, dont la prochaine assemblée se tiendra en décembre 2019.

rapport WWF

Pour protéger la Méditerranée, WWF envisage de traverser la mer avec le nouveau bateau Blue Panda qui atteindra les côtes française, italienne, turque, tunisienne et marocaine. L’objectif? Mobiliser les communautés contre la pollution plastique et inciter les décideurs à améliorer les systèmes de gestion et réduire la consommation des produits plastiques.

Blue Panda sera en Tunisie du 27 au 30 octobre prochain.

Tout le monde peut y contribuer!

Le WWF appelle les touristes qui se rendent en Méditerranée cet été à éviter autant que possible le plastique à usage unique.

En suivant quelques conseils simples, tout le monde peut contribuer à laisser la Méditerranée propre ainsi que les océans du monde.

 

  • Ne laissez pas de déchets derrière vous. Ni dans la nature, ni en ville. Une grande partie d’entre eux finissent dans la mer.

  • N’utilisez pas de pailles ou de gobelets jetables. Les articles en plastique à usage unique ont une durée de vie de quelques minutes mais ont besoin de centaines d’années pour se décomposer. Ils causent beaucoup de dégâts au milieu marin.

  • Prenez votre propre bouteille d’eau. Renseignez-vous pour savoir si l’eau du robinet est potable.

  • Apportez des sacs réutilisables au magasin. Même si vous jetez vos sacs en plastique dans les poubelles, cela ne garantit pas qu’ils seront recyclés.

  • Ne jetez pas les mégots de cigarettes par terre. Ils se décomposent lentement et contiennent des résidus de produits chimiques toxiques qui restent longtemps dans l’environnement et dans la chaîne alimentaire marine.

rapport WWF

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.