MAROC
25/07/2018 18h:26 CET

La marque Mio détourne le hashtag "Sois un homme"

Le hashtag #كن_رجلا continue de susciter le débat sur la toile.

DÉBAT - #كن_رجلا, ou “Sois un homme”, n’en finit pas de faire réagir. Alors que le débat né autour de ce hashtag ne cesse d’agiter la toile, la marque Mio, qui a déjà fait sensation pendant ramadan avec son spot mettant en scène des hommes effectuant des tâches ménagers, a choisi de le détourner à sa manière:

“Sois un homme et prends part aux corvées ménagères. #كن_رجلا”

Un post publié sur Facebook le 23 juillet dernier et qui a été partagé plus de 3.000 fois, tout en suscitant des centaines de commentaires. “Au-delà de détourner le hashtag en lui-même, ce qui nous intéresse, c’est de nous inscrire dans un débat de société qui est celui de la parité homme-femme en général et du partage des tâches ménagères en particulier”, explique au HuffPost Maroc Reda Lahmouid, directeur de création de l’agence Rapp Maroc, en charge de la communication de la marque.

Nous avons commencé ce travail avec un spot “equity” diffusé pendant Ramadan et nous avons jugé utile de reprendre la parole à travers un post Facebook afin de réaffirmer notre signature de marque en répondant à un “trending topic”, poursuit-il.

Le post de la compagnie a été salué par de nombreux internautes, tandis que certains commentaires sexistes se sont également invités dans le débat, en se moquant de la virilité de ceux qui acceptent de prendre part aux tâches ménagères. “Quand une marque s’engage sur un débat aussi clivant, il y a forcément divergence”, tempère Reda Lahmouid, pour qui ces commentaires étaient prévisibles. “Nous préférons retenir la majorité des commentaires et réactions positives que nous avons reçues”, assure-t-il.

Mio compte reconduire à l’avenir ses campagnes mettant en avant une approche égalitaire des tâches ménagères. “L’idée d’une marque qui défend la parité homme-femme peut être exprimée via différents concepts publicitaires. Montrer des hommes s’attelant aux tâches ménagères n’est qu’une de ces nombreuses exécutions possibles”, promet le directeur de création.