MAROC
10/02/2019 18h:34 CET

La Marocaine Sara Kaddouri primée au Cairo Film Society

En quelques mois, elle a décroché trois prestigieux prix du cinéma égyptien.

DR

RÉCOMPENSE - Ingénieur du son dans le cinéma, la Marocaine Sara Kaddouri a été récompensée en Egypte, samedi, par le Cairo Film Society pour son travail sur le film égyptien “Poisonous roses”.

En quelques mois, cette jeune femme lauréate de l’Ecole supérieure des arts visuels de Marrakech et de l’Institut supérieur des arts du spectacle à Bruxelles en Belgique a remporté deux prix au Caire. Le 12 octobre dernier, elle décrochait le prix du meilleur montage son lors de la 3ème édition des Arabian Cinema Awards pour son travail sur “Sheikh Jackson”, le dernier long-métrage du cinéaste égyptien Amr Salama, qui a représenté l’Egypte aux Oscars. Durant la cérémonie diffusée en direct sur la chaîne satellitaire DMC, elle a reçu son trophée des mains de l’actrice syrienne Suzan Najmeddine, précise un communiqué de presse.  

“Merci à tous ceux qui ont cru en moi, en Egypte”, avait-t-elle déclaré sur scène celle qui ne s’y attendait pas du tout tant la compétition était rude, selon elle, face à plusieurs ingénieurs du son égyptiens et internationaux. “Ce prix est venu couronner plusieurs années de travail acharné dans le cinéma égyptien”, avait confié la jeune artiste marocaine. Elle avait également été récompensée en février dernier pour le film “Withered Green” à l’occasion du Festival de l’Association du film du Caire, cérémonie qui récompense les professionnels du cinéma égyptien depuis 44 ans.

Et la série des récompenses s’est donc poursuivie, un an après, avec un prix remis, ce samedi, par le Cairo Film Society pour “Poisonous Roses” du réalisateur Fawzi Saleh. Le long-métrage a été présenté au Festival international du film de Rotterdam.

Au lendemain de la révolution égyptienne, la jeune artiste Sara Kaddouri décide d’aller au Caire, capitale du cinéma arabe, pour tenter sa chance dans le monde du septième art, indique le communiqué. En cinq ans de carrière, elle s’est illustrée par son travail sur le son dans plusieurs films égyptiens, dont une majorité a été présentée dans de prestigieux festivals internationaux.

Sorti en 2016, “In The Last Days of the City” du réalisateur Tamer El Said, sur lequel Sara Kaddouri avait collaboré en post-production, avait été présenté au Festival international du film de Berlin. “Withered Green”, pour lequel elle a été récompensée en février 2018, avait, lui, été projeté en avant-première au Festival Locarno en Suisse.

“Sheikh Jackson”, le long-métrage qui lui a valu sa dernière récompense, avait été dévoilé pour la première fois au Festival international du film de Toronto en 2017.