MAROC
27/01/2019 16h:48 CET

La ligue arabe appelle à mettre fin aux ingérences internationales et régionales dans les affaires syriennes

"Ces ingérences n’ont fait que prolonger la durée de la crise", d'après le Secrétaire général de la Ligue arabe.

ASSOCIATED PRESS
Le Secrétaire général a mis en avant l’importance du rôle de la Ligue arabe pour gérer cette crise.

SYRIE - Le Secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, a appelé, ce dimanche 27 janvier au Caire, à mettre fin aux ingérences internationales et régionales dans les affaires syriennes, mettant en garde contre leurs conséquences négatives sur la résolution de la crise touchant le pays depuis plusieurs années. 

Dans une déclaration à la presse à l’issue de ses entretiens avec le nouvel émissaire des Nations unies en Syrie, Geir Pedersen, Aboul Gheit a fait savoir que ces ingérences n’ont fait que prolonger la durée de la crise, soulignant à cet égard l’importance de poursuivre l’action en faveur de la lutte contre le danger du terrorisme dans ce pays en vue de le réduire d’une façon définitive. 

Le Secrétaire général a rappelé, à cette occasion, la position de la Ligue arabe (qui compte 22 pays membres) face à la crise en Syrie, principalement les résolutions qu’elle a émises depuis 2011 ainsi que les appels effectués dans ce sens entre ses pays membres. Il a mis en avant l’importance du rôle de la Ligue arabe pour gérer cette crise.

Une résolution pacifique du conflit

Ahmed Aboul Gheit a également jugé nécessaire de parvenir à une solution pacifique qui répond aux aspirations du peuple syrien, garantit au pays son intégrité régionale et qui permet de gérer d’une façon intégrée le drame humanitaire dont pâtissent des millions de Syriens depuis ces huit dernières années. 

Pour sa part, Geir Pedersen a présenté les principaux résultats des premiers contacts, effectués avec les différentes parties concernées par cette crise depuis sa nomination, faisant part de sa volonté de poursuivre le dialogue avec la Ligue arabe afin de s’informer sur sa vision et les développements de la position du monde arabe à l’égard de cette crise.

Le nouvel émissaire de l’ONU en Syrie a effectué, la semaine dernière, sa première visite à Damas, où il s’est entretenu avec plusieurs responsables gouvernementaux syriens, qualifiant de “fructueux” ces entretiens qui ont permis d’établir un contact étroit.

Le diplomate norvégien Geir Pedersen a été nommé, le 31 octobre, en tant que nouvel émissaire de l’ONU en Syrie, succédant à l’Italo-Suédois Staffan de Mistura.