TUNISIE
15/08/2018 11h:18 CET

La Justice militaire dénonce une campagne de dénigrement à son encontre dans le traitement médiatique de l'affaire de Chafik Jarraya

L’une des chaines de télévision persiste à diffuser des informations erronées sur l’affaire pour lui conférer un caractère politique et tenter d’y impliquer le ministre de la Défense nationale

FETHI BELAID via Getty Images

Le procureur général de la Direction de la justice militaire a dénoncé mardi l’acharnement de certains médias à s’ingérer dans l’affaire confiée au premier bureau du Tribunal militaire permanent de première instance de Tunis et inculpant l’homme d’affaire Chafik Jarraya pour atteinte à la sûreté de l’Etat et trahison.

Selon lui, le traitement médiatique de cette affaire s’apparente à une campagne méthodique orchestrée contre l’institution judiciaire militaire dans le dessein de l’embourber dans les tiraillements politiques.

L’une des chaines de télévision persiste à diffuser des informations erronées sur l’affaire pour lui conférer un caractère politique et tenter d’y impliquer le ministre de la Défense nationale en place, a-t-il accusé.

“Cette chaîne est allée jusqu’à prétendre que le ministre de la Défense s’attache à confier cette affaire à la justice militaire”, a-t-il ajouté, faisant remarquer que cette affaire a été confiée à la justice militaire avant même que le ministre de la Défense ne prenne ses fonctions à la tête du département.

De surcroît, le ministre n’est pas compétent pour engager une action publique dans ce domaine, a-t-il tenu à préciser.

Le paquet militaire s’est saisi de l’affaire en vertu du décret-loi 2011-70 signé dans le cadre de la réforme du système de la justice militaire, a-t-il encore expliqué.

D’après le procureur général militaire, la campagne est aussi allée jusqu’à remettre en doute l’intégrité, la neutralité et l’indépendance de la justice militaire, prétendant que “l’affaire est montée de toutes pièces”.

En conclusion, le procureur général de la Direction de la justice militaire a appelé tous les intervenants et plus particulièrement les professionnels à s’abstenir de s’ingérer dans les affaires de la justice et de remettre en doute son intégrité et à cesser les techniques de manipulation et de surenchères qui, a-t-il dit, “ne peuvent aucunement perturber le bon déroulement de l’affaire”.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.