TUNISIE
23/05/2018 15h:45 CET

La journaliste franco-tunisienne Sonia Mabrouk dans la shortlist pour remplacer Yann Moix dans "On n'est pas couché"?

Sonia Mabrouk remplaçante de Yann Moix ?

MARTIN BUREAU via Getty Images

La journaliste franco-tunisienne Sonia Mabrouk fera-t-elle partie du casting d’ “On n’est pas couché”, l’émission phare de Laurent Ruquier sur France 2?

La question se repose.

Déjà pressentie l’année dernière pour succéder à Vanessa Burggraff, la journaliste franco-tunisienne avait affirmé sur le plateau de “Salut Les Terriens” qu’elle n’était pas “trop dans la culture du clash et de la confrontation” même si l’émission lui plaisait.

Cette année, avec le départ confirmé de Yann Moix, elle figure une nouvelle fois parmi une liste de potentiels candidats au poste avec le philosophe Raphaël Enthoven, le philosophe Michel Onfray, le réalisateur et essayiste Raphaël Glucksmann, l’essayiste Luc Ferry, l’écrivain Frédéric Beigbeder et le sociologue Mathieu Bock-Côté. 

Cependant, ses chances seraient minces à en croire Laurent Ruquier qui a affirmé ne pas vouloir le profil “de journaliste” pour remplacer Yann Moix:“Je veux quelqu’un qui affirme ses opinions, plus qu’un journaliste à qui l’on demande une certaine neutralité. ‘ONPC’ est une émission d’opinion” a-t-il indiqué au magazine Télé 2 semaines,

Née à Tunis, Sonia Mabrouk est diplômée de l’IHEC Carthage, une école de commerce tunisienne, et n’était donc pas prédisposée au journalisme. En effet, elle souhaitait se lancer dans l’enseignement. Pour ce faire elle va à Paris, à la Sorbonne, y fait son DESS, son DEA et sa thèse avant de rentrer en Tunisie pour enseigner quelques temps à l’IHEC Carthage.

Elle finit par quitter son poste et repart à Paris sans travail. Sur la route menant de l’aéroport à son appartement parisien, la jeune tunisienne feuillette le magazine “Jeune Afrique” et décide d’envoyer une lettre au patron du groupe, Béchir Ben Yahmed pour une période d’essai. Elle a été retenue et y reste trois années. 

Remarquée par Jean Pierre Elkabach, elle rejoint la chaine de télévision Public-Sénat. Elle y présente le journal de 22 heures suivi de “On va plus loin”, une émission “politique décryptant l’actualité” sur la chaîne devenant ainsi la première tunisienne à présenter le journal sur une chaîne de télévision française.

En 2013, elle ne peut refuser l’appel de la radio et d’Europe 1 où elle anime l’émission “les grandes voix”, une émission d’analyses et de débats. Depuis 2017, elle anime quotidiennement sur la chaine CNews.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.