TUNISIE
12/07/2018 18h:17 CET | Actualisé 13/07/2018 11h:51 CET

La jeunesse tunisienne prend les rênes: Quand sport et tourisme vont de pair

Un mouvement spontané, régit par le peuple

Aymen Farrah

Pour les Tunisiens, la coupe du monde de 2018 a été plus qu’un événement sportif.

C’est l’histoire d’une communauté qui s’est créée, l’histoire d’un patriotisme qui a dépassé les frontières de l’optimisme. 

Ce n’était pas “le football pour le football”. Entre ceux qui sont partis rejoindre l’équipe nationale tunisienne en Russie et ceux qui ont suivi de près l’expérience, aussi loin étaient-ils, c’était la Tunisie qu’ils soutenaient et acclamaient, plus que tout et plus que jamais. 

“Road to Russia”

Munis du drapeau tunisien, d’une chechia et autres habits traditionnels, les supporters tunisiens ont enflammé les villes russes avec les couleurs et les chants de leur pays. Sans aucun organisme derrière et avec comme seuls moyens la chaleur humaine et la bonne humeur, une campagne de promotion du tourisme tunisien a démarré spontanément.

Et c’est sur un groupe Facebook que tout se racontait.

“Road to Russia 2018 - Tunisie”, créé par un petit groupe d’amis, Taher Siala, Aleddine Ouertani et Rym Boustangi, rejoins plus tard par Ahmed Adala, dans le simple but d’organiser leur voyage en Russie a finalement pris plus d’ampleur que ce qu’ils pensaient.

“Novembre 2017, la Tunisie est qualifiée pour participer à la coupe du monde”, raconte Taher au HuffPost Tunisie. “Avec mes amis, on décide d’y aller et de s’y prendre à l’avance, on crée alors le groupe pour se partager les bons plans entre nous”.

Ils y invitent ensuite leurs amis pour les inciter à les suivre, puis les amis des amis les rejoignent... Et quelque temps après, ils décident de rendre le groupe public et d’y inviter tous ceux intéressés par la coupe du monde et commencent à publier quotidiennement les actualités qui lui sont relative.

“Prenons tous une chechia avec nous!” propose un membre du groupe. Une idée que tous approuvent. Ainsi fut-il. 

Taher Siala

 

La coupe du monde débute et ils sont 6000 personnes sur le groupe “Road to Russia”. “Les gens commencent alors à partager eux aussi les news, et surtout des live-vidéos révélant l’ambiance festive qu’ils mettaient dans les rues”, raconte encore Taher. 

Le groupe, que les 18-44 ans prédominent, est devenu le point d’échange focal, là où ils préparent les rassemblements et où ils partagent leurs expériences. Ils sont 33000 aujourd’hui, un mois après le début de la coupe du monde.

Derrière leurs écrans, les Tunisiens ont pu vivre l’ambiance de la coupe du monde, à travers les statuts, les vidéos et les photos que ceux en Russie n’hésitaient pas à partager. On y trouve en effet les drapeaux, les chechias sur toutes les têtes. 

D’autres initiatives ont suivi. Un groupe de jeunes décide de distribuer des photos de la Tunisie, invitant les Russes et tous ceux qu’ils rencontrent à venir visiter la Tunisie. 

Lire aussi:

Bilel Trabelsi, ce jeune tunisien qui fait la promotion de la Tunisie dans les rues de Moscou

L’événement sportif a laissé place à un esprit de partage hors norme et un échange dont le but ultime est de faire avancer la Tunisie, de relancer l’économie, notamment à travers le tourisme.

“La jeunesse, c’est le futur”

Taher Siala

C’est une image jeune, joyeuse et énergique qu’ils sont déterminés à propager. 

Mais c’est aussi les Tunisiens qui n’étaient pas sur place qui s’en réjouissent. “Je n’étais pas avec vous en Russie, mais j’ai vibré avec vous, j’ai eu la chair de poule et même des larmes et des éclats de rire. Cela confirme l’ultime conviction que j’ai: la Tunisie ne peut être sauvée que par sa jeunesse. Bravo et bonne continuation. Je vous soutiens et je vous soutiendrai”, commente un membre.

“Grâce à ce groupe nous sommes en train de découvrir que nous sommes un peuple uni, solidaire et surtout la bonne foi et l’amour de notre Tunisie”, commente un autre membre. 

La jeunesse prend donc les rênes. Un mouvement spontané, régit par le peuple. “La force de ce groupe réside dans le fait qu’il soit apolitique, sans intérêts derrière. C’est de là qu’est née la confiance et cette confiance peut nous mener loin”, espère Taher. “Et contrairement à ce que certains peuvent penser, ce sont des Tunisiens de toutes les catégories sociales qui sont partis en Russie, ce ne sont pas les plus aisés, beaucoup se sont même endettés pour pouvoir assister à cette coupe du monde”, assure-t-il.

Le groupe était le moyen de rapprocher tout ce beau monde et a permis de développer ce sens du partage. La présence tunisienne en Russie a fait le bonheur de tous. 

Mais “Cette solidarité qui s’est créé doit persister”, dit Taher, “Le groupe continuera à exister, avec la contribution de tous ses membres”.

Plusieurs alternatives s’offrent aux administrateurs du groupe, pour assurer la pérennité de ce mouvement, où le tourisme et le sport vont de pair pour sauver le pays.

“Ce groupe deviendra un point de rassemblement qui nous permettra de supporter nos équipes nationales, peu importe la discipline et la catégorie. Ainsi les ambassadeurs et fans profiteront de leurs séjours pour promouvoir le tourisme en Tunisie”, annoncent-ils sur le groupe. 

Rendez-vous est pris en Allemagne et au Danemark pour les championnats du monde de Handball du 10 au 27 janvier prochain.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.